Liste des enregistrements

Prem.   |   Préc.   |   Enregistrement 26 - 50 sur 1423   |   Suiv.   |   Dern.      
Rétablir l'ordre de tri initial Auteur Titre Directeur Résumé Année Discipline Cote_BCU
1 Girod,  David Approche  sémiologique  d’une  communication  d’entreprise :  identité  visuelle  et  rédactionnelle  de  Arthur  Andersen. Adam,  Jean-Michel 2001 linguistique  française MFM  667
2 Golay,  Anne-Christine Il  était  une  fois…  la  métamorphose. Jakubec,  Doris  2001 littérature  romande MFM  668
3 Golay,  Pascal La  question  du  mythe  dans  «Le  Juif  errant»  d’Eugène  Sue. Chaperon,  Danielle 2001 littérature  moderne MFM  669
4 Gomez,  Sonia La  description  chez  Balzac :  les  bourgeois  et  leurs  intérieurs  dans  César  Birotteau. Moret,  Philippe  Balzac,  dans  La  Comédie  Humaine,  a  choisi  de  nous  présenter  différents  milieux  sociaux  et  en  particulier  ceux  que  forment  la  noblesse  et  la  bourgeoisie,  milieux  qui  se  distinguent  par  des  habitudes  et  des  valeurs  propres  à  chacun  d’entre  eux.  Après  avoir  lu  quelques  œuvres  de  Balzac,  nous  avons  constaté  que  c’est  dans  la  décoration  et  dans  l’ameublement  des  appartements  que  leur  caractérisation  se  manifestait  le  plus  clairement.  Or,  en  règle  générale,  l’agencement  d’une  demeure  est  plus  souvent  le  fait  d’une  seule  personne  que  de  tout  un  milieu  social  et  c’est  cette  évidence  qui  nous  a  poussés  à  tenter  d’analyser  le  lien  existant  entre  le  caractère  d’une  personne  et  les  objets  dont  elle  choisit  de  s’entourer.  Cette  relation  caractère  –  choses  étant  médiatisée  par  les  mots  et  par  la  fiction  littéraire,  nous  avons  décidé  de  confronter  la  description  d’un  intérieur  balzacien  et  celle  de  son  propriétaire,  pour  montrer,  par  le  biais  de  l’analyse  textuelle,  comment  cette  relation  fonctionnait  et  dans  quel  but  notre  auteur  l’avait  exploitée.  Parmi  les  différents  milieux  sociaux  qui  cohabitent  dans  La  Comédie  Humaine,  nous  avons  choisi  de  nous  intéresser  à  la  bourgeoisie,  car  c’est  la  classe  sociale  ascendante  au  dix-neuvième  siècle,  et  plus  précisément  aux  bourgeois  de  César  Birotteau :  en  effet,  cette  œuvre  offre  une  certaine  variété  dans  la  typologie  de  la  bourgeoisie.  Nous  sommes  ainsi  successivement  confrontés  à  César  Birotteau,  un  bourgeois  moyen  qui  tente  d’accéder  à  la  grande  bourgeoisie,  à  Molineux  un  bourgeois  moyen  qui  ne  mérite  pas  sa  place  dans  cette  partie  de  la  bourgeoisie  et  finalement  à  Claparon,  un  petit  bourgeois  qui  feint  d’appartenir  à  la  grande  bourgeoisie.  Il  s’est  donc  agi  de  montrer  non  seulement  les  différences  qui  existaient  au  niveau  de  leurs  intérieurs  et  par  conséquent  de  leurs  caractères  respectifs,  mais  surtout  de  mettre  en  évidence  la  façon  dont  Balzac  nous  a  fait  saisir  ces  différences. 2001 littérature  moderne MFM  608
5 Gornik  Katarzyna L’inversion  des  signes :  portraits  féminins  dans  « Les  aventures  extraordinaires  de  Rouletabille  reporter »  de  Gaston  Leroux. Gollut,  Jean-Daniel  2001 linguistique  française MFM  617
6 Goumaz,  Paule Création  et  intertextualité  chez  Théophile  Gautier :  « Le  bol  de  punch »,  « La  mille  et  deuxième  nuit ». Chaperon,  Danielle 2001 littérature  moderne MFM  616
7 Gueissaz,  Séverine Le  Jardin  comme  lieu  de  la  séduction  dans  quatre  récits  brefs  du  18ème  siècle.   Bastide,  La  Petite  Maison   (1763) ;  Boufflers,  La  Reine  de  Golconde (1761) ;  Denon,  Point  de  lendemain   (1777) ;  Marmontel,  L’Heureux  Divorce  (1759). Reichler,  Claude  Partant  de  la  conception  du  jardin  comme  un  microcosme,  une  sorte  de  miroir  dans  lequel  se  reflètent  les  idées  du  monde,  ce  mémoire  propose  d’analyser  la  relation  de  séduction  amoureuse  que  des  personnages  développent  dans  ce  lieu  particulier.  Le  jardin  étant  défini  comme  un  lieu  des  plaisirs,  sa  fonction  principale  est,  dans  ces  récits  de  séduction,  de  faire  naître  le  désir,  en  particulier  à  travers  les  différentes  sensations  visuelles,  acoustiques  ou  olfactives  que  ses  éléments  végétaux  et  architecturaux  provoquent.  Dans  ces  récits,  l’un  des  personnages,  le  séducteur,  utilise  le  jardin  comme  un  moyen  pour  atteindre  son  but,  séduire  l’autre.  Il  le  fait  essentiellement  à  travers  la  mise  en  scène  de  ce  lieu,  en  organisant  la  découverte  du  jardin  comme  une  succession  d’événements  et  de  surprises  dont  l’effet  recherché  est  d’amener  l’autre  dans  un  état  où  il  n’est  plus  maître  de  ses  sentiments.  Mais  le  jardin  ne  sert  pas  seulement  de  cadre  au  jeu  de  la  séduction  car  il  accède  parfois  au  statut  d’acteur  et  influence  donc  directement  à  l’évolution  de  la  relation  de  séduction. 2001 littérature  moderne MFM  648
8 Guillod,  Philippe Le  communiqué :  un  genre  de  discours  de  l’espace  payant  des  quotidiens. Adam,  Jean-Michel 2001 linguistique  française MFM  670
9 Imhof,  Nadia La  ville-piège.  Une  vision  de  la  ville  au  milieu  du  XXe siècle,  d’après  L’Emploi  du  temps  de  Michel  Butor  et  Les  Gommes  d’Alain  Robbe-Grillet. Reichler,  Claude  Dès  le  XXe siècle,  les  écrivains  commencent  à  envisager  la  ville  comme  un  langage  textuel.  S’ensuit  un  phénomène  de  contamination  réciproque  entre  une  ville  perçue  comme  texte,  et  un  texte  qui  évoque  la  ville.  Cette  dernière  devient  alors  plus  que  le  simple  cadre  d’une  narration,  et  commence  à  structurer  le  texte,  sur  lequel  se  reflètent  ses  contradictions.  La  ville  imaginaire,  que  proposent  Michel  Butor  et  Alain  Robbe-Grillet  à  leurs  lecteurs,  se  révèle  être  une  ville-piège,  et  cela  doublement  parce  qu’elle  produit,  chez  les  personnages,  la  perte  des  repères  intérieurs  et  extérieurs.  Pour  décrire  cet  espace  désorientant  les  deux  écrivains  utilisent  de  nouvelles  structures  romanesques,  annonçant  par  là  que  les  anciennes  ne  sont  plus  à  même  de  représenter  une  réalité  devenue  multiple  et  fragmentée.  Une  réflexion  historique  et  un  parcours  thématique  de  leurs  deux  œuvres  s’avèrent  donc  indispensables  pour  appréhender  le  type  particulier  de  représentation  urbaine  qu’élaborent  les  deux  romanciers. 2001 littérature  moderne MFM  618
10 Jaccard,  Chantal L’espace  et  son  décor  insolite. Kaempfer,  Jean Dans  ce  mémoire,  j’essaie  de  mettre  en  place  une  catégorie  du  genre  dit  "fantastique" :  l’insolite.  Cinq  récits  me  permettent  d'établir  cette  nouvelle  notion  (1) :  Sur  l'eau  et  La  Nuit  de  Maupassant,  Dimanche  après-midi  torride  de  l’écrivain  belge  Franz  Hellens,  Minuit  de  Julien  Green  et  enfin  Au  Château  d’Argol  de  Julien  Gracq.  L'insolite  appelle  avant  tout  la  vraisemblance  du  récit  et  en  particulier  du  décor :  les  textes  choisis  reposent  sur  la  mise  en  scène  de  décors  inattendus  et  déconcertants,  mais  plausibles.  Essentiellement  obscur,  le  décor  insolite  exacerbe  la  peur  des  personnages:  sous  l'influence  des  sens  et  de  l’imagination,  les  phénomènes  naturels  occupent,  dans  l’obscurité,  un  espace  placé  sous  le  signe  de  la  menace  et  de  la  prémonition.  A  l’aspect  négatif  des  ombres  et  des  ténèbres,  se  juxtapose  pourtant  une  valeur  positive  liée  à  l’attrait :  l’ambivalence  face  au  décor  insolite  forme  une  composante  majeure  des  récits  choisis.  L’insolite  mobilise  finalement  le  silence  du  décor  et  la  solitude  du  personnage.  L’intérêt  du  corpus  réside  dans  la  variété  des  décors  présentés  par  les  écrivains :  Dans  Sur  l’eau,  un  canotier  reste  immobilisé  dans  sa  barque  et  observe,  angoissé,  le  décor  insolite  de  la  brume  qui  soffre  à  lui.  Minuit  plonge  le  lecteur  dans  le  décor  inquiétant  des  jeux  d’ombre  et  de  lumière  d’une  étrange  demeure.  Au  Château  d’Argol  présente  la  nature  comme  élément  constitutif  principal  de  l’espace  insolite  gracquien.  Enfin,  le  travail  distingue  deux  catégories  de  décors  insolites :  dans  Sur  l’eau,  La  Nuit  et  Dimanche  après-midi  torride,  l’insolite  provient  d’un  espace  familier  qui,  soudain,  se  teinte  d'équivoque :  le  personnage  évolue  au  sein  d’un  espace  qu’il  connaît,  voire  qu'il  chérit  mais  qu'il  ne  reconnaît  plus.  Dans  les  deux  derniers  récits,  l’insolite  fait  appel  à  un  décor  inconnu  que  le  personnage  découvre. 2001 littérature  moderne MFM  619
11 Jaccoud,  Danielle Eugénie  Pradez :  l’encre  d’une  éthique  et  d’un  milieu  social. Maggetti,  Daniele  Eugénie  Pradez,  femme  de  lettres  romande,  est  née  à  Liège  en  1848  et  décédée  à  Lausanne  en  1932.  Ancrée  dans  un  milieu  libriste,  fille  d’un  pasteur  renommé  et  membre  d’une  famille  au  capital  culturel  important,  Eugénie  Pradez  était  une  personnalité  aux  principes  moraux  affirmés.  Son  œuvre  qui  témoigne  d’une  vision  de  l’existence  et  de  l’humanité,  héritée  de  son  milieu    social  et  religieux,  ne  peut  être  qualifiée  d’édifiante,  bien  que  cela  soit  le  but  recherché.  En  effet,  les  récits  de  l’auteure  mettant  en  scène  des  personnages  confrontés  aux  dangers  de  l’existence  invitent  implicitement  le  lecteur  à  reconsidérer  son  comportement  et  prennent  ainsi  des  allures  de  paraboles.  Les  valeurs  incarnées  par  les  personnages  se  révèlent  ainsi  plus  significatives  que  l’intrigue,  qui  ne  fournit  qu’un  cadre  aux  faits  psychologiques.  Eugénie  Pradez  a  connu  dès  ses  premières  nouvelles  un  vif  succès,  car  elle  satisfaisait  aux  critères  de  la  critique  en  place :  art  et  moralité.  Le  soutien  du  critique  neuchâtelois  Philippe  Godet  en  témoigne.  Ce  mémoire  retrace    le  parcours  de  l’auteure,  son  appartenance  à  un  certain  milieu  social  et  met  en  évidence  les  caractéristiques  principales  de  son  œuvre. 2001 littérature  romande MFM  649
12 Jacot,  Christophe Perception  et  représentation  du  paysage  alpestre  au  tournant  du  XVIIIe  et  du  XIXe  siècle  dans  l’itinéraire  Loèche-Gemmi-Kandersteg. Reichler,  Claude  2001 littérature  moderne MFM  650
13 Jolliet,  Christophe Sociolinguistique  et  échec  scolaire :  la  théorie  des  deux  codes. Adam,  Jean-Michel S’intéressant  à  l’échec  scolaire  des  couches  défavorisées  de  la  population,  le  sociologue  Basil  Bernstein  postule  l’existence  de  formes  de  langage  différentes  dans  les  diverses  couches  de  la  population.  Les  couches  supérieures  utiliseraient  un  langage  explicite  (qui  peut  être  compris  sans  le  contexte  dans  lequel  il  est  produit)  et  les  couches  inférieures  un  langage  implicite  (qui  ne  peut  être  compris  que  par  référence  au  contexte  dans  lequel  il  est  produit).  Dans  le  premier  cas  on  parle  de  code  élaboré,  dans  le  second  cas  de  code  restreint.  L’échec  scolaire  des  couches  défavorisées  viendrait  de  ce  que  le  code  restreint  limite  l'accès  au  raisonnement  abstrait,  le  raisonnement  étant  guidé  par  les  structures  linguistiques.  En  fait,  la  théorie  des  deux  codes  paraît  peu  crédible.  Le  discours  restreint  décrit  par  Bernstein  ne  s’observe  ni  dans  les  textes  que  les  élèves  produisent  à  l’école,  ni  dans  les  activités  verbales  qu’ils  pratiquent  dans  la  rue.  Le  problème  vient  de  ce  que  Bernstein  tient  pour  représentatifs  des  échantillons  de  discours  obtenus  en  situation  expérimentale,  situation  problématique.  Cependant  une  explication  sociolinguistique  de  l’échec  scolaire  reste  possible,  mais  en  d’autres  termes.  L’échec  s’explique  par  les  conflits  entre  les  structures  de  surfaces  des  différentes  formes  de  langage,  ainsi  que  par  ceux  portant  sur  les  valeurs  sociales  qui  leur  sont  rattachées. 2001 linguistique  française MFM  643
14 Kairis,  Sylvie Vision  et  poétique  romanesques :  une  lecture  rétrospective  de  Jean  Rouaud. Adam,  Jean-Michel En  1999  Jean  Rouaud  publie  Sur  la  scène  comme  au  ciel,  volume  qui,  à  en  croire  la  quatrième  de  couverture  de  l’édition  originale,  met  un  terme  à  sa  « suite  romanesque »,  commencée  en  1990  avec  Les  champs  d’honneur.  Au  travers  de  ce  qu’il  nomme  lui-même  une  « comédie  de  commentaires »,  l’auteur  affiche  sa  volonté  de  revenir  sur  ses  romans  précédents  et  d’en  expliquer  les  recoins  obscurs.  Or,  par  le  biais  de  cette  relecture,  c’est  non  seulement  ses  écrits,  mais  surtout  son  écriture  (au  sens  de  « procédé  de  création »)  qu’il  met  en  lumière.  Ainsi  apparaît  un  véritable  art  poétique  à  l’intérieur  même  de  l’œuvre  romanesque  de  Rouaud.  L’enjeu  de  ce  travail  de  recherche  a  donc  été  de  reconstituer  les  différents  aspects  de  cet  art  poétique,  fils  d’Ariane  aboutissant  à  la  (re)découverte  d’un  auteur  à  considérer  avant  tout  comme  un  stylisticien… 2001 linguistique  française MFM  651
15 Lahzami,  Samia La  place  du  français  dans  l’enseignement  et  les  médias  tunisiens. Adam,  Jean-Michel 2001 linguistique  française MFM  671
16 Loewer,  Mathieu La  figure  du  savant  chez  Maurice  Renard. Chaperon,  Danielle Au  début  du  XXe siècle,  Maurice  Renard  est  l’un  des  rares  écrivains  français  à  prendre  la  relève  de  la  littérature  d’anticipation  scientifique  après  Jules  Verne.  Grand  admirateur  de  H.  G.  Wells,  il  se  consacre  à  ce  genre  nouveau,  né  de  la  rencontre  de  la  science  et  du  fantastique,  et  lui  donne  le  nom  de  « merveilleux  scientifique ».  A  la  fois  précurseur  de  la  future  science-fiction  et  héritier  d’une  tradition  littéraire,  il  convoque  souvent  dans  ses  romans  et  nouvelles  la  figure  mythique  du  savant  fou,  illustrée  pour  la  première  fois  par  Frankenstein  ou  le  Prométhée  moderne  de  Mary  Shelley  (1817).  Cet  archétype  de  l’homme  de  science  dévoyé  lui  permet  de  condamner  les  excès  d’un  positivisme  trop  confiant,  à  une  époque  où  les  progrès  de  la  science  inquiètent  autant  qu’ils  fascinent.  Mais  le  romancier  ne  s’est  pas  contenté  de  reproduire  un  modèle  littéraire  déjà  très  codifié.  A  travers  les  nombreux  avatars  du  savant  fou  qui  peuplent  son  œuvre,  il  nous  livre  une  interprétation  très  personnelle  de  la  folie  savante.  Avant  que  le  cinéma  en  fasse  un  cliché,  Maurice  Renard  lui  donnait  une  résonance  bien  plus  menaçante,  en  considérant  qu’il  n’y  a  pas  de  savants  fous,  car  tous  les  savants  sont  fous. 2001 littérature  moderne MFM  652
17 Michelet,  Jean-Jacques Ramuz  et  le  courant  primitiviste  en  Suisse  vers  la  fin  du  XIXe  siècle :  « Le  village  dans  la  montagne » :  entre  folklore  et  littérature. Maggetti,  Daniele  2001 littérature  romande MFM  672
18 Micheli,  Raphaël La  « nouvelle-instant »,  un  cas-limite  de  narrativité ?  L’exemple  de  deux  nouvelles  d’Albert  Camus. Adam,  Jean-Michel Ce  mémoire  prend  pour  point  de  départ  la  notion  de  « nouvelle-instant »  proposée  par  le  critique  René  Godenne  dans  ses  travaux  sur  la  nouvelle  moderne.  Selon  Godenne,  « certains  auteurs  [notamment  Marcel  Arland  ou  Albert  Camus]  ne  prétendent  plus  vouloir  raconter  une  histoire  en  bonne  et  due  forme,  mais  ramènent  le  sujet  de  la  nouvelle  à  la  seule  évocation,  et  à  l’approfondissement,  d’un  instant  précis  de  vie  (...).  La  notion  n’inclut  pas  -  ou  si  peu  -  une  idée  narrative ».  Le  but  du  travail  est  de  reprendre  ces  hypothèses  sur  la  narrativité  pour  tenter  de  les  affiner  théoriquement  et  de  les  mettre  à  l’épreuve  d’une  approche  linguistique  de  deux  nouvelles  tirées  de  L’Exil  et  le  Royaume  d’Albert  Camus  (La  femme  adultère  et  Les  muets).  La  première  partie  est  entièrement  consacrée  à  une  mise  au  point  théorique  où  les  termes-clés  d’instant,  d’action  et  de  mise  en  intrigue  sont  soumis  à  une  tentative  de  redéfinition.  La  deuxième  partie  s’ouvre  quant  à  elle  à  une  analyse  stylistique  des  nouvelles  du  corpus.  L’enjeu  central  est  de  montrer  que  la  dilatation  temporelle  dans  l’instant  va  de  pair  avec  un  effritement  de  l’action  humaine  et  de  son  organisation  textuelle  par  la  mise  en  intrigue.  Les  nouvelles  camusiennes  apparaissent  alors  comme  des  cas-limites  de  narrativité  où  le  récit  est  fondamentalement  décevant.  Ce  mémoire  vise  ainsi  à  une  réflexion  sur  le  processus  de  dénarrativisation  à  l’oeuvre  dans  la  « nouvelle-instant »  par  une  approche  située  au  carrefour  de  la  poétique  de  la  nouvelle,  des  théories  du  récit  et  de  l’action,  ainsi  que  d’une  stylistique  linguistique. 2001 linguistique  française MFM  653
19 Mobbs,  Caroline La  figure  de  l’Autre  à  travers  une  variation  épistolaire :  Prague  d’Étienne  Barilier. Jakubec,  Doris Le  roman  épistolaire  d’Étienne  Barilier,  Prague  (1979),  fait  partie  d’un  vaste  ensemble  romanesque  qui  se  présente  dans  son  entier  comme  un  laboratoire  de  formes  où  sont  expérimentés  les  possibles  narratifs  et  défiées  les  formes  romanesques  traditionnelles.  Cette  exploration  formelle  s’articule  étroitement  avec  la  réflexion  sur  l’Autre  et  le  sujet  qui  travaille  chaque  œuvre  de  l’auteur.  Dans  Prague,  Barilier  adopte  un  parti  pris  narratif  singulier,  qui  fonde  la  signification  et  la  richesse  du  texte :  il  réactualise  la  forme  ancienne  du  roman  par  lettres  pour  la  problématiser,  en  créant  une  polyphonie  unilatérale,  où  toutes  les  lettres  du  personnage  à  qui  écrivent  différents  épistoliers  sont  cachées  au  lecteur.  Ce  choix  formel,  lié  à  la  question  de  la  subjectivité,  permet  au  romancier  de  mettre  en  scène  la  problématique  du  sujet,  de  l’identité  et  de  l’altérité,  en  créant  de  multiples  jeux  de  miroirs  entre  le  « je »  et  le  « tu ». 2001 littérature  romande MFM  654
20 Morselli,  Sylvie « Passion  simple »  d’Annie  Ernaux :  “une  écriture  plate”. Adam,  Jean-Michel 2001 linguistique  française MFM  620
21 Müller  Claudia Gourmandise  et  luxure :  le  champ  de  la  métaphore  dans  les  fabliaux  érotiques. Hicks,  Eric 2001 littérature  médiévale MFA  45
22 Nacamuli,  Isabelle Les  objets  symboliques  dans  la  relation  amoureuse  à  travers  Julie  ou  la  Nouvelle  Héloïse  de  Jean-Jacques  Rousseau. Reichler,  Claude  Ce  travail,  qui  s’attache  à  analyser  les  objets  symboliques  et  leurs  fonctions  dans  la  relation  amoureuse  à  travers  Julie  ou  La  Nouvelle  Héloïse  de  Jean-Jacques  Rousseau,  tend  à  expliquer  la  raison,  le  cheminement,  et  le  but  de  l’utilisation  des  objets  symboliques  par  l’auteur.  L’objet  symbolique,  tel  qu’il  apparaît  à  travers  La  Nouvelle  Héloïse,  est  un  troisième  élément  dans  la  passion  de  Julie  et  de  Saint-Preux.  Objet  matériel  ou  encore  lieu  essentiellement  associé  à  la  nature,  comme  le  symbole,  il  a  pour  fonction  de  donner  une  signification  à  un  destin  et  de  transformer  une  réalité  décevante.  S’identifiant,  voire  se  substituant,  à  l’être  aimé,  l'objet  symbolique  contribue  à  la  création  d’un  univers  fictif  propice  à  la  rencontre  amoureuse  innocente.  Cette  fiction  se  déroule  dans  un  cadre  référentiel  existant,  soit  l’environnement  pastoral  de  Vevey  et  Clarens  au  pied  des  Alpes.  Rousseau  recourt,  par  l’intermédiaire  de  l’écriture  (elle-même  objet  symbolique)  à  ce  mode  de  représentation,  pour  tenter  de  trouver  l’amour  pur  et  idéal  qu’il  ne  parvient  pas  à  atteindre  dans  la  réalité,  son  sentiment  de  culpabilité  lui  interdisant  d'assumer  et  de  vivre  une  sexualité  épanouie  avec  une  femme.  Afin  de  bien  cerner  l’objet  symbolique,  il  faut  s'intéresser  à  sa  construction  en  se  référant  au  livre IX  des  Confessions,  récit  de  la  vie  réelle  qui  relate  l’époque  de  la  genèse  de  La  Nouvelle  Héloïse  et  la  relation  de  Rousseau  avec  Mme  d’Houdetot,  ainsi  qu'à  la  correspondance  de  l’auteur  à  cette  période.  Dans  La  Nouvelle  Héloïse,  nous  constatons  les  différentes  étapes  de  la  recherche  de  l’amour  purifié  à  travers  les  objets  symboliques,  qui  participent  au  déroulement  et  à  la  signification  du  roman.  Nous  tentons  de  démontrer  si  la  création  d'un  monde  fictif  à  l’aide  d’objets  symboliques  permet  d'accéder  à  la  passion  terrestre  sublimée,  donc  délivrée  du  désir  charnel. 2001 littérature  moderne MFM  655
23 Noir,  Raphaël Yves  Adrien,  Michel  Houellebecq :  deux  écrivains  rock ?  Excès,  rupture  et  fulgurance  vers  une  vision  du  monde  moderne. Wyss,  André  Dès  son  apparition  en  France  à  l’aube  des  années  soixante,  le  rock  a  très  vite  suscité  un  grand  nombre  de  vocations  dépassant  le  registre  strictement  musical.  Totalement  fasciné  par  l’émergence  de  cette  nouvelle  « mythologie »,  le  rock-critic,  journaliste  au  ton  volontairement  partial  et  subjectif,  a  rapidement  su  conquérir  une  certaine  reconnaissance  au  sein  de  la  culture  « rock »,  véritable  porte-parole  de  ce  nouvel  univers  symbolique.  Yves  Adrien  en  est  une  figure  emblématique  des  plus  notoires.  Moins  directement,  d’autres  écrivains,  et  notamment  Michel  Houellebecq,  ont  ouvert  de  nouveaux  horizons  littéraires,  influencés  autant  par  le  charisme  du  rocker  que  par  celui  des  rock-critics,  à  la  fois  excessif,  provocateur,  brutal  et  visionnaire.  L’étude  présentée  ici  a  eu  pour  objectif  de  proposer  une  lecture  de  ces  deux  écrivains  en  posant  l’hypothèse  d’une  écriture  rock.  C’est  à  la  lumière  de  cette  définition  symbolique  que  sera  examiné  tout  l’impact  de  leurs  œuvres  respectives. 2001 littérature  moderne MFM  656
24 Olgiati  Mirta Alexandre  à  travers  les  espaces  merveilleux  de  l’Orient.  Oxford,  ms.  Bodley  264. Mühlethaler,  Jean-Claude    et  Romano,  Serena La  problématique  qui  est  au  centre  de  ce  travail  est  celle  de  la  relation  entre  le  texte  et  l’image  dans  le  manuscrit  Bodley  264  (milieu  du  XIVe  siècle),  contenant  entre  autres  la  version  d’Alexandre  de  Paris  du  Roman  d’Alexandre  (fin  du  XIIe  siècle).  La  réflexion  se  concentre  d'abord  sur  l’aspect  littéraire.  Sont  pris  en  considération  six  épisodes  de  la  troisième  branche  du  roman,  lors  du  voyage  d’Alexandre  en  Orient :  le  voyage  sous-marin,  le  franchissement  des  bornes  d’Hercule,  l’enfermement  d’Alexandre  au  Val  Périlleux,  les  épisodes  des  filles  de  l'eau  et  de  la  forêt  des  filles-fleurs  et  enfin  le  voyage  aérien.  À  travers  l’analyse  de  ces  passages  il  apparaît  clairement  que  le  comportement  d’Alexandre  est  jugé  négativement:  surtout,  il  pêche  par  orgueil  et  démesure.  Alexandre  est  un  mauvais  roi.  L’interprétation  des  enluminures  et  des  marges  qui  illustrent  ces  mêmes  épisodes  (folio  50r ;  folio  62r ;  folios  64r,  64v,  65r,  66r ;  folio  66v ;  folios  69v,  70r,  70v,  71v ;  folios  80v,  81r,  81v)  apparaît  plus  problématique.  Puisque  les  images  ne  possèdent  pas  le  langage  adapté  à  la  figuration  du  caractère  d’Alexandre  tel  qu’il  est  exposé  dans  le  récit,  elles  le  représentent  simplement  dans  sa  relation  à  l’espace  et  aux  autres.  Alexandre  apparaît  alors  soit  comme  simple  persona  qui  accepte  les  défis  et  les  mises  à  l’épreuve  auxquelles  il  est  soumis,  soit  comme  un  rex  qui  exerce  son  pouvoir  et  fait  usage  de  son  autorité. 2001 littérature  médiévale MFA  43
25 Paris,  Christophe la  problématique  de  l’errance  chez  Tahar  Ben  Jelloun :  La  Prière  de  l’absent,  entre  écriture  de  la  quête  et  quête  d’une  écriture. Reichler,  Claude  L’écriture  de  Tahar  Ben  Jelloun  est  une  écriture  qui  circule  dans  les  langues,  dans  les  existences    et  dans  l’Histoire.  Parce  qu’elle  fait  le  tour  de  nos  sens,  qu’elle  se  déplace  continuellement  entre  Orient  et  Occident,  entre  ville  et  désert,  nous  la  voyons  comme  une  écriture  migratoire.  Articulé  autour  de  la  question  de  l’errance,  La  Prière  de  l’absent  est  peut-être  le  roman  benjellounien  qui  met  en  scène  de  la  façon  la  plus  subtile  cette  écriture  migratoire.  A  la  fois  expérience  de  nomadisme  et  quête  d’une  écriture,  celui-ci  offre  un  intérêt  tant  au  niveau  de  la  diégèse  que  de  la  recherche  linguistique.  C’est  le  rapport  entre  ces  deux  axes  de  lecture  que  ce  mémoire  se  propose  d’étudier.  Partagé  entre  deux  cultures,  entre  deux  univers  symboliques,  Tahar  Ben  Jelloun  ne  pouvait  que  se  sentir  concerné  par  la  problématique  de  l’identité  et  du  rapport  à  l’autre.  En  effet.,  c’est  bien  de  cela  qu’il  s’agit  dans  La  Prière  de  l’absent :  comment  vivre  l’écriture  comme  lieu  de  rencontres,  comme  espace  d’affirmation  d’un  Moi  hétérogène. 2001 littérature  moderne MFM  657