Liste des enregistrements

Prem.   |   Préc.   |   Enregistrement 1 - 25 sur 1430   |   Suiv.   |   Dern.      
Rétablir l'ordre de tri initial Auteur Titre Directeur Résumé Année Discipline Cote_BCU
1 Abbé,  Vanessa Virgile,  Ovide  et  Victor  Segalen :  trois  façons  de  réécrire  le  mythe  d’Orphée  et  Eurydice. Heidmann,  Ute  Ce  mémoire  se  propose  d’analyser  quatre  représentations  littéraires  du  mythe  d’Orphée  et  Eurydice  appartenant  à  deux  époques  très  éloignées.  Virgile  clôt  son  traité  sur  l’agriculture,  les  Géorgiques,  avec  l’évocation  célèbre  de  l’histoire  d’Orphée.  Ovide  répond  à  son  prédécesseur  aux  10ème  et  11ème  livres  des  Métamorphoses  en  donnant  à  cette  histoire  une  orientation  propre.  Enfin  Victor  Segalen  choisit  deux  genres  très  différents  pour  réécrire  ce  mythe :  celui  de  la  nouvelle  (Dans  un  monde  sonore)  et  celui  du  drame  lyrique  (Orphée-Roi).  La  comparaison  de  ces  quatre  textes  met  clairement  en  évidence  les  significations  et  les  fonctions  particulières  et  variées  que  ces  trois  auteurs  attribuent  au  même  matériau  mythologique.  En  effet,  si  les  mythes  grecs  sont  généralement  perçus  comme  des  intrigues  qui  auraient  une  signification  en  soi,  l'étude  de  leur  mise  en  discours  montre  bien  au  contraire  que  ces  réécritures  reçoivent  des  significations  diverses  selon  les  préoccupations  et  les  paradigmes  socio-culturels  propres  aux  auteurs. 2001 littérature  comparée MLC  40
2 Amaudruz,  Stéphanie Jean  de  Mandeville  et  le  monde :  Le  Regard  sur  l’Autre  dans  la  littérature  de  voyage  médiévale  en  France  au  XIVe  siècle. Mühlethaler,  Jean-Claude  En  découvrant  un  genre  nouveau  au  XIVe  siècle,  la  littérature  de  voyage,  nous  découvrons  en  même  temps  le  regard  que  posait  le  voyageur  médiéval  sur  l’étranger  et  la  diversité  culturelle  dans  le  monde.  Jean  de  Mandeville  compile  les  informations  principales  que  donnent  les  explorateurs  sur  les  différents  peuples  et  emmène  son  lecteur  autour  du  monde  pour  l’initier  aux  différentes  cultures  et  finalement  à  sa  propre  culture.  Car  avant  tout,  c’est  sa  propre  société,  trop  légère  dans  sa  pratique  religieuse,  que  l’auteur  explore  en  lui  tendant,  au  travers  du  regard  sur  l’autre,  un  miroir  critique.  Nous  découvrons  également  comment  l’alter  devient  alter  ego  avec  une  forte  tolérance  pour  la  diversité  et  l’espoir  de  voir  tous  les  peuples  réunis  sous  la  même  doctrine,  chrétienne  bien  sûr. 2001 littérature  médiévale MFA  46
3 Annen,  Séverine Le  merveilleux  dans  « Artus  de  Bretagne »,  ou  l’inquiétude  désamorcée. Mühlethaler,  Jean-Claude  2001 littérature  médiévale MFA  48
4 Bardina  Ivana,  Marie Fleurs  de  ruine  de  Patrick  Modiano :  Le  cliché-mémoire  et  autres  tentatives  de  soustraire  l’éphémère  au  néant. Kaempfer,  Jean  Le  narrateur  de  Fleurs  de  ruine,  à  l’instar  de  ses  homologues  modianesques  et  de  l’écrivain  lui-même,  refuse  la  disparition,  l’éphémère  et  le  néant,  et  tente  de  s’y  opposer  par  divers  moyens.  Le  fonctionnement  de  sa  mémoire,  similaire  au  processus  photographique, occupe  une  place  privilégiée  dans  cette  démarche:  tout  comme  l’appareil  photographique,  l’œil  du  narrateur  capte  l’image  du  présent ;  celle-ci  est  ensuite  perpétuée  sur  la  «pellicule  de  sa  mémoire»,  sous  la  forme  de  souvenirs  semblables  à  des  photographies  –  souvenirs  que  nous  avons  baptisés  « clichés-mémoire ».  Lors  de  la  révélation  de  ces  derniers,  le  narrateur  est  à  même  de  retrouver  le  passé ;  il  croit  parfois  percevoir  de  façon  rétinienne  le  sujet  représenté  sur  le  cliché-mémoire,  tout  en  ayant  vraisemblablement  conscience  qu’il  s’agit  d’un  leurre ;  il  fait  preuve  ainsi,  à  l’instar  du  fétichiste,  d’une  double  attitude  envers  la  réalité  matérielle  –  double  attitude  lui  permettant  de  réaliser,  dans  l’illusion,  son  intense  désir  de  maintenir  le  passé  présent.  Cependant,  pour  diverses  raisons,  le  cliché-mémoire  n’est  pas  toujours  apte à  soustraire  l’éphémère  au  néant ;  il  en  va  de  même  de  l’enquête  et  des  lieux  témoins  du  passé,  autres  moyens  de  préserver  l’autrefois  de  l’effacement.  Seule  l’écriture  se  révélera  capable  de  combattre  le  pouvoir  destructeur  du  temps. 2001 littérature  moderne MFM  662
5 Bauen,  Stéphanie Le  nid  menacé :  la  Suisse  durant  la  Deuxième  Guerre  dans  cinq  œuvres  d’écrivains  romands. Maggetti,  Daniele  2001 littérature  romande MFM  663
6 Bonadonna,  Marie-Thérèse “La  plume  et  la  langue  des  orateurs  comme  les  glaives  des  combattants” :  la  force  perlocutive  du  langage  illustrée  par  une  lecture  en  dyptique  du  « Lay  de  Paix »  et  du  « Lay  de  guerre ». Mühlethaler,  Jean-Claude  2001 littérature  médiévale MFA  47
7 Bornet,  Floriane Etude  des  personnages  dans  Le  Hussard  bleu  de  Roger  Nimier :  une  vision  « dégagée »  du  genre  humain. Kaempfer,  Jean  Lorsque  Le  Hussard  bleu  (1950)  paraît,  Roger  Nimier  a  vingt-cinq  ans.  Ce  roman  insolent,  le  deuxième,  propulsa  très  rapidement  son  auteur  à  la  tête  des  écrivains  de  sa  génération  (les  « vingt  ans  en  1945 »).  Désigné  comme  chef  de  file  de  la  mouvance  dite  des  « Hussards »  (Roger  Nimier,  Antoine  Blondin,  Jacques  Laurent,  puis  Michel  Déon,  etc.),  dont  la  première  intention  était  de  libérer  le  roman,  alors  sous  l’emprise  de  l’« engagement »  littéraire  issu  de  la  vogue  existentialiste  emmenée  par  Sartre,  Nimier  revendiqua  le  droit  à  l’amusement  et  au  plaisir  d’une  écriture  légère,  dégagée  de  toute  ambition  philosophique  ou  politique.  Il  se  vit  alors,  tout  comme  ses  acolytes  Hussards,  taxé  tour  à  tour  de  frivolité,  de  fascisme  ou  de  nihilisme.  Le  « désengagement »  littéraire  voulu  par  Nimier  impliquait  la  nécessité  de  trouver  une  mise  en  scène  cohérente  des  personnages  dans  Le  Hussard  bleu.  En  partant  du  principe  que  leur  étude  peut  fournir  des  clés  pour  comprendre  cette  image  particulière  de  l’humanité  que  le  romancier  tente  de  bâtir,  ce  travail  de  mémoire  privilégie  l’analyse  de  certains  axes  (discours,  mélange  des  genres,  examen  du  vouloir)  permettant  de  dégager  l’évolution  singulière  de  ces  protagonistes  aux  prises  avec  le  monde,  ainsi  que  les  valeurs  qu’ils  véhiculent. 2001 littérature  moderne MFM  644
8 Bruttin,  Véronique Du  je  au  tu :  pour  une  poétique  de  l’adresse  dans  la  poésie  de  Philippe  Jaccottet  de  L’Effraie  à  Pensées  sous  les  nuages. Wyss,  André  Emblématique  du  mouvement  par  lequel  le  sujet  lyrique  moderne  se  trouve  lancé  au-dehors  de  lui-même  à  la  recherche  de  son  propre  centre,  la  poésie  de  Philippe  Jaccottet,  de  L’Effraie  à  Pensées  sous  les  nuages,  apparaît  comme  l’une  des  moins  narcissiques  qui  soient.  C’est  que  l’élan  vers  « l’autre  monde »  qui  se  cache  derrière  les  apparences  exige,  de  la  part  du  poète,  une  volonté  d’entrer  en  communication  avec  l’autre  présent  dans  les  paysages  traversés.  Pourtant,  les  adresses  à  un  tu  ou  à  un  vous  ne  sont  pas  là  où  on  les  attendrait,  soit  dans  les  moments  de  plus  grande  harmonie  avec  le  monde  réel.  Au  contraire,  c’est  lorsqu’il  y  a  danger  de  fermeture,  lorsque  le  poète  est  tenté  de  s’éloigner  du  monde  pour  se  replier  sur  lui-même,  que  les  interpellations  sont  les  plus  nombreuses.  Les  appels  du  poète  se  font  plus  pressants  lorsqu’ils  sont  le  moins  susceptibles  d’être  entendus. 2001 littérature  moderne MFM  645
9 Bulliard,  Mélanie L’enjeu  des  origines :  Les  romans  préhistoriques  de  Joseph-Henry  Rosny  aîné. Chaperon,  Danielle  Parallèlement  à  l’élaboration  d’une  œuvre  extrêmement  variée,  touchant  au  genre  du  merveilleux  scientifique  comme  à  celui  du  réalisme  social,  Joseph-Henri  Rosny  Aîné  entame,  à  la  fin  du  XIXe siècle,  un  cycle  de  romans  sur  le  thème  de  la  préhistoire.  Paraissent  en  effet  Vamireh  en  1891,  Eyrimah  en  1893,  La  Guerre  du  feu  en  1909,  Le  Félin  géant  en  1919,  et,  en  1930,  Helgvor  du  fleuve  Bleu.  Dans  ces  récits,  l’auteur  s'attache  à  décrire  le  cheminement  de  nos  lointains  ancêtres,  et  les  montre  acquérir,  au  fil  des  siècles,  les  caractéristiques  physiques,  intellectuelles  et  morales  qui  définiront  l’homme  moderne.  La  question  des  origines  de  l’humanité,  de  son  évolution  durant  les  premiers  temps  de  son  existence,  est  alors  fort  en  vogue.  La  préhistoire  est  une  science  encore  jeune,  qui  passionne  les  milieux  savants  comme  le  grand  public,  curieux  des  découvertes  archéologiques  qui  se  succèdent  à  l’aube  du  XXe siècle.  Les  récits  de  Rosny  sur  les  « âges  farouches »  s’inscrivent  donc  dans  cette  vague  d'enthousiasme  qui  entoure  la  nouvelle  discipline.  Ils  ne  constituent  cependant  pas,  comme  on  pourrait  le  croire  de  prime  abord,  une  simple  mise  en  fiction,  dans  un  but  de  vulgarisation,  des  thèses  des  paléontologues  et  des  anthropologues  d’alors.  Cette  étude  se  propose  de  démontrer  qu'ils  représentent  bien  davantage  une  prise  de  position  sur  certains  débats  esthétiques,  politiques  ou  philosophiques  qui  divisent  la  société  française  aux  alentours  de  1900. 2001 littérature  moderne MFM  603
10 Canal  Maria  de  las  Nieves « Que  ce  mien  douloureux  escript  D’advertissement  leur  proffite » :  parcours  d’un  courtisan  repenti  au  « Séjour  d’Honneur »  d’Octavien  de  Saint-Gelais. Mühlethaler,  Jean-Claude  2001 littérature  médiévale MFA  49
11 Carrel,  Nicolas Le  « métro-tout-nerfs-rails-magiques-à-traverses-trois-points »  de  Céline :  étude  stylistique  des  « Entretiens  avec  le  Professeur  Y ». Adam,  Jean-Michel  2001 linguistique  française MFM  664
12 Cloux  Christine Les  personnages  maîtres  de  leur  conscience :  appréhension  de  l’être  fictif  dans  trois  ouvrages  de  science-fiction.  [« Le  docteur  Lerne,  sous-dieu »,  « Les  mains  d’Orlac »  de  Maurice  Renard  et  « L’Eve  future »  d’Auguste  de  Villiers  de  l’Isle  Adam]. Gollut,  Jean-Daniel  2001 linguistique  française MFM  612
13 Collomb,  Géraldine La  problématique  du  récit  dans  « Tout  à  l’ego »  de  Benaquista. Adam,  Jean-Michel 2001 linguistique  française MFM  613
14 Converset,  Emilie Un  récit  de  guerre  africain  entre  oralité  et  écriture ;  une  lecture  du  roman  d'Ahmadou  Kourouma :  Allah  n’est  pas  obligé. Kaempfer,  Jean Paru  en  automne  2000,  Allah  n'est  pas  obligé,  roman  de  l'écrivain  ivoirien  Ahmadou  Kourouma,  retrace  le  périple  d'un  enfant-soldat  à  travers  les  guerres  civiles  du  Liberia  et  de  Sierra  Leone.  L'approche  en  terme  de  récit  de  guerre  permet  de  montrer,  à  travers  une  analyse  formelle,  narratologique  et  thématique,  que  ce  roman  retravaille  l'expérience  de  la  guerre  de  façon  parfois  très  proche  des  récits  de  la  Première  Guerre  mondiale.  Le  choix  d'une  perspective  extrêmement  restreinte,  celle  d'un  enfant,  transmet  la  désorientation  politique  et  spatiale  des  acteurs.  La  guerre  est  également  marquée  par  le  chaos  qu'elle  crée:  les  valeurs  s'inversent  par  rapport  au  temps  de  paix.  C'est  entre  autre  ces  deux  aspects  qui  permettent  d'inclure  le  roman  de  Kourouma  dans  le  genre  "récit  de  guerre".  Mais  au-delà  de  ces  convergences,  Allah  n'est  pas  obligé    est  un  récit  de  guerre  africain,  et  il  intègre  de  ce  fait  des  particularités  des  guerres  de  ce  continent:  les  guerres  civiles  et  tribales.  Le  troisième  critère  de  définition  du  genre,  d'ordre  intertextuel,  s'avère  à  ce  niveau  le  critère  le  plus  contextuel.  Si  la  dénonciation  d'un  discours  patriotique  se  retrouvait  dans  les  récits  européens  de  guerres  entre  Etats-nations,  cet  aspect  politique  disparaît  complètement.  En  lieu  et  place  de  ce  discours,  les  nouvelles  formes  que  prennent  les  guerres  actuellement,  les  violences  économiques  et  sociales,  trouvent  un  reflet  dans  ce  récit.  A  travers  un  collage  entre  mots  et  regards  de  l'enfant-soldat  et  savoir  encyclopédique,  le  roman  tout  en  ne  transmettant  les  événements  qu'à  travers  le  regard  de  Birahima,    réussit  à  élargir  la  dénonciation  ironique  de  la  guerre  pour  pointer  du  doigt  les  parcours  de  violence  (familiale,  sociétale  et  économique)  qui  mènent  les  enfants-soldats  à  s'engager  dans  les  différentes  factions.  Mais  la  force  de  ce  récit  est  certainement  de  parvenir,  tout  en  nous  obligeant  à  réfléchir,  à  nous  faire  rire  des  événements  les  plus  atroces,  sans  tomber  dans  le  pathétique. 2001 littérature  moderne MFM  665
15 Copt,  Bertrand Pierre  Loti  et  le  Japon. Reichler,  Claude  Officier  de  marine,  écrivain  mais  surtout  homme  du  monde,  Pierre  Loti  (1850-1923),  ce  «pèlerin  de  la  planète»,  était  l’une  des  personnalités  en  vue  de  la  fin  du  XIXe  et  du  début  du  XXe  siècle.  Adulé  de  son  vivant,  fréquentant  les  rois  et  surtout  les  reines,  il  connaîtra  pourtant  à  sa  mort  un  désintérêt  presque  immédiat  et  de  près  de  60  ans.  Néanmoins,  son  œuvre,  dont  l’exotisme  suscitait  un  engouement  impressionnant  au  début  du  siècle,  commence  à  être  réétudiée  depuis  une  quinzaine  d’années.  Ainsi,  si  Aziyadé,  son  roman  turc,  a  fait  l’objet  de  nombreux  commentaires  et  études,  les  romans  japonais  (Madame  Chrysanthème,  Japoneries  d’automne  et  La  Troisième  Jeunesse  de  Madame  Prune),  quant  à  eux,  n’ont  engendré  que  peu  de  vocations.  Pourtant,  Pierre  Loti  a  découvert  le  Japon  à  une  période  charnière  de  son  histoire  (ère  Meiji  et  début  de  l’occidentalisation)  et  il  est  donc  intéressant  d’analyser  la  manière  dont  il  perçoit  l’Autre  japonais.  À  une  époque  où  le  japonisme  connaît  un  grand  succès  en  Europe,  la  vision  subjective  de  Loti  sera  par  la  suite  maintes  fois  critiquée,  son  prétendu  racisme  et  ses  descriptions  stéréotypées  («Je  l’avais  deviné,  ce  Japon-là»)  très  souvent  mis  en  évidence.  À  travers  les  textes,  mais  sans  occulter  l’homme  Loti,  ce  mémoire  s’interroge  sur  la  manière  dont  l’écrivain  aborde  le  Japon  et  sur  le  traitement  qu’il  en  fait  avant  de  conclure  en  essayant  de  répondre  à  cette  question:  Pierre  loti  a-t-il  compris  le  Japon ? 2001 littérature  moderne MFM  604
16 De  Marignac,  Armand La  première  manière  de  Serge  Doubrovsky :  autofiction  et  identité  dans  « Fils ». Kaempfer,  Jean 2001 littérature  moderne MFM  646
17 Diz,  Marisol Une  étude  de  l’espace  dans  Renaud  et  Armide  de  Jean  Cocteau. Chaperon,  Danielle Ce  mémoire  s’intéresse  à  une  œuvre  théâtrale  de  Jean  Cocteau,  Renaud  et  Armide  (1941),  et  s’attache  à  l’analyse  de  l’« espace ».  L’auteur  prête  à  cette  notion  une  grande  importance  dans  toute  son  œuvre.  Nous  examinerons,  au  travers  des  dialogues  et  des  didascalies,  quelles  valeurs  caractérisent  « le  lieu  scénique »  et  « le  lieu  extra-scénique ».  Nous  constaterons  que  deux  univers  sont  confrontés,  le  monde  des  hommes  et  le  monde  des  fées.  Avec  Renaud  et  Armide,  Cocteau  se  propose  d’écrire  une  tragédie  en  vers  et  nous  verrons  que,  bien  qu’il  suive  certaines  des  règles  prônées  par  l’esthétique  classique,  il  instille  également  des  éléments  propres  à  l’esthétique  baroque. 2001 littérature  moderne MFM  647
18 Duvoisin,  Eric Paysage  et  écriture  chez  Pierre  Chappuis :  lecture  d’« Un  cahier  de  nuages ». Wyss,  André  2001 littérature  moderne MFM  666
19 Echernier,  Axel L’amour  adultère  dans  les  « Lais »  de  Marie  de  France. Mühlethaler,  Jean-Claude  2001 littérature  médiévale MFA  50
20 Echernier,  Lise Les  stratégies  amoureuses  dans  « Le  lai  de  l’ombre ». Hicks,  Eric  2001 littérature  médiévale MFA  51
21 Favre,  Cendrine Difficultés  d’emploi  par  des  germanophones  des  temps  du  passé  français.  Etude  de  cas. Adam,  Jean-Michel  et  Alexander  Schwarz Ce  travail  a  pour  but  de  s’interroger  sur  les  difficultés  rencontrées  par  quelques  étudiants  germanophones  face  au  problème  épineux  des  temps  du  passé  français.  Basé  sur  plus  d’une  quinzaine  de  travaux  de  nature  hétérogène,  il  ne  prétend  pas  donner  une  quelconque  vision  d’ensemble  ni  apporter  de  solutions.  Il  vise  plutôt  à  esquisser  quelques  pistes,  à  mettre  le  doigt  sur  les  points  qui  semblent  les  plus  confus.  Ce  mémoire  est  divisé  en  deux  parties :  l’une,  théorique,  expose  tout  d’abord  les  enjeux  de  l’analyse  des  erreurs ;  puis  développe  les  relations  et  caractéristiques  des  IMP,  PS  et  PC ;  et  enfin,  à  l’aide  d’une  comparaison  des  systèmes  verbo-temporels  de  l’allemand  et  du  français,  présente  les  problèmes  auxquels  sont  susceptibles  d'être  confrontés  les  germanophones.  Sur  cette  base,  la  seconde  partie  analyse  les  emplois  erronés  ou  maladroits  rencontrés  dans  le  corpus.  Cette  étude  aboutit  à  une  conclusion  qui  rassemble  les  éléments  découverts.  Ce  travail  d’analyse  pose  d’autre  part  une  question  fondamentale :  comment  qualifier  d’erroné  le  choix  d’un  temps,  alors  qu'il  appartient  au  narrateur  de  décider  dans  quelle  perspective  le  procès  sera  présenté ?  Cependant,  dans  une  situation  d’apprentissage,  les  étudiants  sont-ils  toujours  conscients  du  sens  produit  par  leurs  formes  verbales ?  L’effet  de  style  créé  résulte-t-il  d'un  choix  délibéré  ou  d’une  non-maîtrise  de  la  langue ?  Il  est  vrai  que,  dans  un  tel  contexte,  le  choix  du  temps  est  déterminé  non  seulement  par  ce  qui  a  été  enseigné  à  l’apprenant  et  ce  que  celui-ci  a  compris  du  fonctionnement  de  la  langue  étrangère,  mais  aussi  par  des  facteurs  phrastiques  et  transphrastiques  ainsi  que  par  les  aspects  grammaticaux  et  lexicaux  du  verbe.  La  notion  même  d’erreur  est  alors  remise  en  cause,  et,  avec  elle,  la  question  des  limites  de  l’analyse  des  erreurs  posée. 2001 linguistique  française MFM  642
22 Fellay  Cathy « S'il  vous  plaît...  décris-moi  Le  Petit  Prince ! »  Approche  linguistique  de  l'appartenance  à  la  littérature  enfantine  et  du  genre  du  texte  illustré  de  Saint-Exupéry. Adam,  Jean-Michel Constatant  que  Le  Petit  Prince,  livre  illustré  que  Saint-Exupéry  a  publié  en  1942,  n’a  pas  un  statut  littéraire  clairement  défini,  puisqu’on  ne  sait  ni  s’il  faut  le  considérer  comme  de  la  littérature  enfantine  ni  quel  est  son  genre,  ce  mémoire  a  pour  but  de  fournir  des  éléments  de  réponse  à  ces  deux  interrogations  complémentaires  en  fondant  en  raison  la  littérature  enfantine,  -  et  à  travers  elle  la  littérature  et  la  paralittérature  -,  et  les  genres  littéraires.  La  littérature  enfantine  est  une  littérature  à  part  entière  (et  non  une  paralittérature)  qui,  du  fait  de  son  public  particulier,  doit  adapter  sa  manière  d’écrire  au  moyen  de  techniques  verbales  (lexique,  syntaxe,  énonciation,  thème)  et  visuelles  (illustrations).  L’analyse  du  Petit  Prince  met  en  évidence  une  volonté  manifeste  de  simplicité,  ce  qui  tend  à  signifier  que  les  enfants  sont  les  destinataires  de  cette  œuvre.  Néanmoins,  le  fait  que  la  simplification  ne  confine  pas  au  simplisme  explique  que  le  livre  plaît  également  aux  adultes.  Plutôt  que  de  le  cantonner  dans  l’une  ou  l'autre  littérature  (enfantine,  adulte),  il  est  préférable  de  le  considérer  comme  de  la  littérature  transgénérationnelle,  au  double  sens  du  terme :  dans  le  texte  (le  petit  prince  et  le  narrateur  adulte)  et  par  la  lecture  (le  double  lectorat),  il  met  en  présence  adultes  et  enfants,  et  ce  au  cours  des  générations  successives.  Les  genres  littéraires  sont  la  norme,  l'air  de  famille  qu’un  texte  a  avec  un  groupe  de  textes.  Constatant  que  l’on  ne  parvient  pas  à  obtenir  un  classement  générique  satisfaisant  au  niveau  de  l’ensemble  « texte »,  il  faut  se  résoudre  à  s’intéresser  au  niveau  moins  complexe  de  la  séquence  et  discerner,  dans  chaque  texte,  une  dominante  séquentielle  et  des  séquences  spécifiques.  Bien  que  l’on  trouve  l’éventail  des  séquences  possibles  dans  Le  Petit  Prince  (argumentative,  explicative,  dialogale,  descriptive),  la  dominante  est  sans  conteste  narrative.  Le  Petit  Prince  peut  être  considéré  comme  la  synthèse  de  trois  genres,  la  parabole,  le  conte  et  la  nouvelle,  ce  qui  en  fait  un  « paraconte  réaliste ».  Cette  dénomination  antithétique  se  veut  l'écho  de  la  logique  fictionnelle  du  livre,  seule  habilitée  à  transmettre,  dans  les  circonstances  particulièrement  cruelles  de  sa  parution,  le  message :  il  est  urgent  de  donner  un  sens  à  sa  vie  grâce  aux  relations  humaines,  invisibles  aux  yeux  de  chair  mais  essentielles. 2001 linguistique  française MFM  606
23 Florey,  Sonya Réflexions  autour  de  René  Girard :  la  théorie  du  désir  minétique  et  son  application  en  critique  littéraire. Kaempfer,  Jean 2001 littérature  moderne MFM  614
24 Frasseren,  Annick Le  genre  épidictique  dans  la  presse  sportive  suisse  romande :  étude  sur  Martina  Hingis  et  Marc  Rosset. Adam,  Jean-Michel Le  genre  de  l’épidictique  est  –  selon  la  définition  qu’en  donnait  Aristote  dans  la  Rhétorique  –  le  genre  de  l’éloge  et  du  blâme.  Le  penseur  de  l’Antiquité  confrontait  ce  genre,  dans  l’ouvrage  précité,  aux  genres  judiciaire  et  délibératif.  Le  genre  épidictique  a  longtemps  été  considéré,  par  rapport  aux  deux  autres  genres,  comme  un  genre  mineur,  plus  proche  du  domaine  du  littéraire  que  de  celui  de  la  rhétorique.  Depuis  les  années  septante,  les  rhétoriciens  et  linguistes  se  sont  repenchés  sur  l’étude  de  ce  genre,  démontrant  tout  d’abord  qu’en  louant  ou  blâmant  une  personne,  un  fait,  l’orateur  du  discours  épidictique  promeut  des  valeurs.  Ainsi,  le  genre  épidictique  a  aussi  un  rôle  social  à  jouer,  au  même  titre  que  les  deux  autres  genres.  Cette  perspective  nouvelle  du  genre  épidictique  a  relancé  l’intérêt  pour  ce  genre  et  depuis,  l’appareil  théorique  s’est  étoffé  de  nombreuses  études.  Notre  mémoire  se  propose  d’étudier  un  corpus  d’articles  de  presse  sportive  en  s’appuyant  sur  les  théories  épidictiques  actuelles.  Cette  démarche  a  un  aspect  novateur  dans  le  sens  où  les  recherches  sur  le  genre  épidictique,  pour  étayer  leurs  théories,  se  basent  sur  des  textes  de  l’Antiquité,  ou  sur  aucun  texte  en  particulier. 2001 linguistique  française MFM  615
25 Friederich,  Myriam L’évolution  des  catégories  verbales  de  l’indo-européen  aux  langues  de  la  France  médiévale. Zufferey,  François  Ce  mémoire  tente  de  retracer,  de  l'indo-européen  aux  langues  d'oïl  et  d'oc  médiévales,  l'histoire  des  différentes  catégories  verbales  :  nombre,  désinence,  voix,  mode,  temps  et  aspect.  Cette  dernière  catégorie,  qui  sert  à  montrer  comment  l'action  exprimée  par  le  verbe  est  envisagée  dans  son  déroulement,  fait  par  ailleurs  l'objet  d'un  traitement  nettement  plus  détaillé  que  les  précédentes.  Elle  apparaît,  en  effet,  au  fur  et  à  mesure  que  l'on  remonte  dans  le  temps,  de  plus  en  plus  étroitement  liée  à  la  structure  même  des  systèmes  verbaux  rencontrés.  Le  mémoire  est  organisé  en  trois  parties  :  indo-européenne,  latine  et  romane.  Il  s'agit  tout  d'abord  de  situer  les  faits  latins  au  sein  de  la  famille  linguistique  indo-européenne,  en  les  comparant  notamment  avec  ceux  du  sanscrit  et  ceux  du  grec  ;  puis  d'examiner  le  latin  lui-même,  en  distinguant  autant  que  possible  l'évolution  de  la  langue  écrite  de  celle  de  la  langue  parlée,  dont  sont  issues  les  langues  romanes  ;  et  enfin  de  voir  ce  qu'il  est  advenu,  en  ancien  français  et  en  ancien  provençal,  de  l'héritage  latin.. 2001 philologie  française MFA  52