Liste des enregistrements

Prem.   |   Préc.   |   Enregistrement 1 - 25 sur 1423   |   Suiv.   |   Dern.      
Rétablir l'ordre de tri initial Auteur Titre Directeur Résumé Année Discipline Cote_BCU
1 2017 littérature  médiévale
2
3 AAZAM-ZANGANEH,  Carmen  Constantin,  Mme La  question  du  savoir  et  du  vécu  dans  la  critique  genevoise Reichler,  Claude  1983 littérature  moderne MFM  223
4 Abatantuono,  Dan Trois  "Romes":  Stendhal,  Taine  et  Zola  face  à  la  Ville  éternelle Caraion,  Marta Si  la  ville  de  Rome,  lorsque  s’ouvre  le  XIXe  siècle  littéraire,  constitue  un  passage  obligé  pour  l’écrivain  romantique,  sensible  aux  ruines  et  aux  vestiges  qui  jalonnent  la  cité  latine,  cette  dernière  devient,  à  l’instar  de  Paris,  l’occasion  d’exercer  les  possibilités  d’un  nouveau  regard,  à  la  fois  esthétique  et  sociologique,  que  l’obsession  réaliste  met,  peu  à  peu,  en  place.  En  témoignent  principalement  les  œuvres  romaines  de  Stendhal  –  la  troisième  version  du  triptyque  Rome,  Naples  et  Florence  (1826)  ainsi  que  les  Promenades  dans  Rome  (1829)  –,  le  Voyage  en  Italie  de  Taine  (1866)  et  le  deuxième  volet  du  Cycle  des  Trois  Villes  de  Zola,  Rome  (1896),  véritables  réservoirs  de  représentations  du  lieu  romain  en  tant  qu’il  se  présente  comme  espace  esthétique  et  poétique,  social  et  politique.  Plus  spécifiquement,  les  divers  panoramas  dressés  dans  les  quatre  textes  susmentionnés,  une  fois  mis  en  relation,  renseignent  sur  la  perception  de  la  Ville  éternelle  au  cours  du  siècle  du  progrès  et  disent  le  processus  de  dégradation  auquel  la  focale  français  soumet  Rome  :  d’immuable  source  d’adoration,  la  ville  entraîne,  corrélativement  à  l’avènement  des  doctrines  scientistes,  un  sentiment  de  répulsion  que  les  écrivains  français,  dès  les  années  1860,  expérimentent  et  thématisent.  2015 littérature  moderne MFM  1119
5 Abbé,  Vanessa Virgile,  Ovide  et  Victor  Segalen :  trois  façons  de  réécrire  le  mythe  d’Orphée  et  Eurydice. Heidmann,  Ute  Ce  mémoire  se  propose  d’analyser  quatre  représentations  littéraires  du  mythe  d’Orphée  et  Eurydice  appartenant  à  deux  époques  très  éloignées.  Virgile  clôt  son  traité  sur  l’agriculture,  les  Géorgiques,  avec  l’évocation  célèbre  de  l’histoire  d’Orphée.  Ovide  répond  à  son  prédécesseur  aux  10ème  et  11ème  livres  des  Métamorphoses  en  donnant  à  cette  histoire  une  orientation  propre.  Enfin  Victor  Segalen  choisit  deux  genres  très  différents  pour  réécrire  ce  mythe :  celui  de  la  nouvelle  (Dans  un  monde  sonore)  et  celui  du  drame  lyrique  (Orphée-Roi).  La  comparaison  de  ces  quatre  textes  met  clairement  en  évidence  les  significations  et  les  fonctions  particulières  et  variées  que  ces  trois  auteurs  attribuent  au  même  matériau  mythologique.  En  effet,  si  les  mythes  grecs  sont  généralement  perçus  comme  des  intrigues  qui  auraient  une  signification  en  soi,  l'étude  de  leur  mise  en  discours  montre  bien  au  contraire  que  ces  réécritures  reçoivent  des  significations  diverses  selon  les  préoccupations  et  les  paradigmes  socio-culturels  propres  aux  auteurs. 2001 littérature  comparée MLC  40
6 ABBONDIO,  Valeria L'univers  contraignant  de  la  pensée  démonstrative  et  de  la  légende  dans  «Gaspard,  Melchior  et  Balthazar»  de  Michel  Tournier.- Dentan,  Michel 1983 littérature  moderne MFM  224
7 ABELE,  Huguette Pierre  Reverdy  :  «Ferraille» Guisan,  Gilbert 1971 littérature  moderne MFM  126
8 Abrecht,  Delphine Le  rapport  au  spectateur  dans  le  théâtre  contemporain  :  vers  une  implication  inédite  ?  Une  étude  à  l’épreuve  de  trois  spectacles.  Chaperon,  Danielle «  Le  théâtre  est  un  rapport,  et  non  un  produit.  »  À  l’heure  où  le  théâtre  se  trouve  placé  dans  une  position  marginale  face  au  marché  médiatique,  et  où  la  théorie  comme  la  pratique  paraissent  se  focaliser  moins  sur  le  contenu  des  spectacles  que  sur  leur  façon  de  faire  sensation,  il  semble  intéressant  de  prendre  aujourd’hui  ce  basique  constat  au  sérieux. 
De  quelle  manière  le  spectateur  se  voit-il  impliqué  dans  la  relation  théâtrale  contemporaine  ?  Celle-ci  exige-t-elle  de  lui,  comme  l’avance  Hans-Thies  Lehmann,  «  un  état  d’esprit  entièrement  repensé  »  ?  Pour  explorer  le  rapport  au  spectateur  que  cherche  à  instaurer  le  théâtre  expérimental  actuel  –  et  par  extension,  les  fonctions  qu’il  se  donne  –,  cette  étude  propose  quatre  grands  chapitres.  Ceux-ci  abordent,  respectivement,  la  manière  dont  le  théâtre  contemporain  semble  se  détacher  du  projet  de  fournir  au  spectateur  un  message  ou  une  dimension  référentielle  pour  privilégier  au  «  sens  »  des  dispositifs  sensibles  ;  la  mise  en  cause  de  la  notion  de  «  public  »  et  l’autonomisation  manifeste  du  spectateur  de  ce  théâtre  ;  l’inconfort  qu’il  peut  vouloir  produire  ;  et  l’apparente  revalorisation  de  l’activité  propre  au  spectateur,  après  les  nombreux  procès  de  «  passivité  »  qui  ont  pu  lui  être  faits.  Ces  quatre  points  sont  traités  à  la  lumière  des  réflexions  de  divers  théoriciens,  et  d’un  corpus  de  trois  spectacles,  issus  du  théâtre  de  l’Arsenic,  qui  témoignent  de  l’élaboration  de  la  position  spectatrice  de  Rodrigo  García,  d’Oskar  Gómez  Mata  et  du  duo  composé  par  Nicole  Borgeat  et  Yan  Duyvendak.  Bien  que  très  restreint,  ce  corpus  permet  d’observer  un  théâtre  contemporain  qui,  de  manière  stimulante,  paraît  prendre  le  parti  de  responsabiliser  son  spectateur. 
2012 littérature  moderne MFM  1025
9 ACATOS,  Sylvio Naisance  d'une  émotion  chez  Louis-Ferdinand  Céline Mercanton,  Jacques 1969 littérature  moderne MFM  98
10 Aeberhard,  Rodolphe La  plume  au  poing  :  Barbey  d'Aurevilly  et  Léon  Bloy  critiques  littéraire Caraion,  Marta Ce  mémoire  propose  d’explorer  la  pratique  critique  de  deux  auteurs  antimodernes,  Barbey  d’Aurevilly  et  Léon  Bloy,  qui,  parallèlement  à  leur  activité  romanesque,  occupent  une  place  importantes  dans  le  paysage  critique  du  deuxième  XIXe  siècle.  Dans  une  perspective  tenant  à  la  fois  de  l’histoire  de  la  critique,  de  l’histoire  des  pratiques  littéraires  et  de  l’histoire  des  idées,  cette  étude  s’attelle  à  mettre  en  relation  les  nombreuses  caractéristiques  qui  définissent  leurs  pratiques  critiques,  du  point  de  vue  théorique  d’abord,  en  approfondissant  l’hypothèse  d’une  unité  de  doctrine  esthétique  puis  celle  d’une  éventuelle  filiation.  En  sus  de  cette  dimension  conceptuelle,  ce  travail  développe  également  une  réflexion  sur  l’inscription  de  leur  critique  dans  le  spectre  journalistique  et  son  incidence  sur  les  aspects  rhétoriques,  poétiques  et  génériques  de  leur  œuvre  critique.  2017 littérature  moderne MUL_173
11 Aebi,  Dominique  Albert  Cohen,  L'écriture  de  l'identité Caraion,  Marta Ce  mémoire  se  propose  d’étudier  le  rapport  entre  écriture,  identité  et  genre,  dans  deux  œuvres  autobiographiques  d’Albert  Cohen  :  "Le  Livre  de  ma  mère"  et  "Ô  vous,  frères  humains".  Leur  écriture  varie  en  fait  de  celle  des  écrits  fictionnels  du  même  auteur.  Il  est  donc  ici  question  d’expliciter  dans  un  premier  temps  les  divergences  de  rédaction,  puis  d’interroger  les  motifs  de  ces  changements,  et  enfin  de  voir  ce  qu’ils  démontrent  quant  à  l’identité  de  Cohen  et  au  genre  de  l’autobiographie.  Outre  les  questionnements  génériques  et  identitaires,  ce  travail  examine  également  de  manière  plus  générale  les  problèmes  liés  à  l’identité  juive  au  XXe  siècle,  étant  donné  que  Cohen  est  juif.    2013 Littérature  moderne MFM  1046
12 Aebi,  Quentin Bohort  de  Gaunes,  dit  «  l'Oublié  »  :  du  "Lancelot  en  Prose"  à  "Kaamelott" Wahlen,  Barbara Ce  travail  de  médiévalisme  se  concentre  sur  Bohort  de Gaunes,  personnage  issu  de  la  légende  arthurienne  et  chevalier  de  la  Table  ronde,  et  sur  ses  reprises.  Cette  figure  a  largement  été  oubliée  par  la  critique  et  par  le  public,  les  deux  se  focalisant  essentiellement  sur  Lancelot,  Perceval,  Arthur  et  Merlin.  L’objectif  de  ce  mémoire  est  donc  de  remettre  sur  le  devant  de  la  scène  le  personnage  de  Bohort,  tout  en  donnant  un  aperçu  de  son  évolution  entre  l’époque  médiévale  et  celle  contemporaine,  grâce,  respectivement,  au  "Lancelot  en  Prose",  cycle  de  romans  datant  du  XIIIe siècle,  et  à  "Kaamelott",  série  télévisuelle  réalisée  par  Alexandre  Astier.  En  s’appuyant  sur  les  concepts  de  transfictionnalité  et  de  transmédialité,  ce  mémoire  compare  les  deux  œuvres,  afin  de  comprendre  comment  les  enjeux  et  thématiques  qui  entourent  le  personnage  ont  été  adaptés  à  un  public  moderne,  à  travers  les  caractéristiques  du  personnage  et  ses  relations  avec  d’autres  figures  telles  que  Lancelot  et  Arthur. 2021 littérature  médiévale -
13 AEMMER,  Fabienne Silences  et  ellipse  narrative  dans  «Un  coeur  simple»  de  Gustave  Flaubert Adam,  Jean-Michel 1997 linguistique  française MFM  512
14 Affolter,  Christian Quignard,  la  musique,  la  littérature :  la  recherche  d’une  relation  réciproque. Wyss,  André  2002 littérature  moderne MFM  686
15 Agostino,  Fanny Poétique  et  mise  en  scène  d'une  écriture  de  la  mémoire  familiale  et  du  deuil  dans  le  "Carnet  de  notes"  de  Pierre  Bergounioux. Lachat,  Jacob Ce  travail  propose  d’analyser  le  journal  personnel  de  l’écrivain  Pierre  Bergounioux.  Depuis  les  années  quatre-vingt,  l’écrivain  contemporain  garde  trace  de  son  quotidien  en  annotant  ses  faits  et  gestes  dans  un  journal.  Dès  2016,  ces  écrits  font  l’objet  d’une  publication  aux  éditions  Verdier  sous  le  titre  "Carnet  de  notes".  Nous  proposons  d’en  analyser  le  contenu  en  réfléchissant  à  une  notion  intrinsèque  au  genre  diaristique  :  l’intime.  Nous  interrogerons  cette  notion  à  travers  deux  séquences  du  journal  liés  aux  parents  de  l’écrivain.  Ces  passages  rendent  visible  une  écriture  de  la  mémoire  familiale  sous  la  forme  d’une  poétique  du  deuil.  Cet  axe  nous  permettra  d’interroger  le  rapport  de  l’écrivain  au  temps  et  d’en  saisir  une  dimension  invisible  :  celle  de  l’écriture  du  présent. 2022 littérature  moderne -
16 AGUET,  Anne-Christine «Traits»,  1940-1944 Guisan,  Gilbert 1980 littérature  moderne MFM  190
17 AGUET,  Joël Charles  Apothéloz  :  voies  pour  un  théâtre  populaire Jakubec,  Doris 1986 littérature  romande MFM  278
18 Ahmeti  Albert « De  la  peinture  du  temps  dans  les  Essais  de  Montaigne ». Tinguely,  Frédéric  Si  aujourd’hui  nous  retenons  essentiellement  deux  vues  majeures  du  temps  (à  savoir  celle  –  léguée  par  les  Anciens  –  d’un  temps  cyclique  où  tout  se  répéterait  périodiquement  et  celle  –  adoptée  par  les  Modernes  –  d’un  temps  linéaire  orienté  vers  l’avenir),  les  penseurs  ne  se  sont  de  loin  pas  limités  à  ces  deux  seules  visions,  développant  à  travers  les  âges  une  pluralité  de  conceptions  aussi  diverses  les  unes  que  les  autres.  La  littérature  française  n’a  pas  manqué  d’en  faire,  elle  aussi,  une  de  ses  sources  d’inspiration  privilégiée.  Ronsard  invite  à  « cueillir »  le  moment  présent  dans  ses  Sonnets  pour  Hélène ;  Pascal,  lui,  constate  dans  ses  Pensées  l’inadaptabilité  de  l’homme  à  son  présent ;  les  poètes  romantiques  se  souviennent  du  passé  avec  nostalgie ;  tandis  que  Verlaine  et  Baudelaire  crient  douloureusement  les  ravages  du  temps.  La  présente  étude  se  penche  sur  l’approche  montaignienne  du  temps  dans  les  Essais.  Nous  partons  d’un  constat  premier :  l’angoisse  de  Montaigne  face  à  la  fuite  du  temps.  De  là,  nous  tentons  alors  de  dégager  les  différentes  stratégies  de  défense  qu’adopte  l’auteur,  au  fil  du  temps…  Trois  mouvements  composent  notre  travail :  d’abord  nous  défendons  l’idée  d’une  conception  subjective  du  temps,  où  celui-ci  est  réversible ;  ensuite  nous  glissons  vers  une  approche  sceptique  du  temps,  où  celui-ci  se  meut  à  la  façon  de  l’esprit  montaignien ;  et  finalement  nous  aboutissons  à  la  thèse  de  la  saisie  de  l’instant,  admise  par  la  majorité  des  critiques,  mais  que  nous  nuançons  à  l’aide  d’une  reformulation  de  l’instant.  Après  ce  long  voyage  à  travers  le  temps,  nous  concluons  enfin  par  l’atteinte  d’un  état  ataraxique  et  exempt  de  toute  angoisse  chez  Montaigne. 2008 littérature  moderne MFM  888
19 ALBELDA,  Stéphane Du  géant  folklorique  au  Prince  idéal  :  évolution  du  thème  gigantal  de  la  légende  gargantuine  aux  géants  rabelaisiens Mühlethaler,  Jean-Claude  1998 littérature  médiévale MFM  526
20 Alberico,  Roberta Attitudes  de  fans,  attitudes  de  lecture.  La  fanfiction  d'"Harry  Potter"  comme  lieu  d'exploration  des  lectures  possibles. Escola,  Marc 2019 littérature  moderne -
21 ALTIERI,  Laura Une  lecture  intertextuelle  du  «Roman  de  la  Rose»  de  Jean  de  Meun  :  «Ami»,  «La  Vieille»  et  «L’art  d’aimer»  d’Ovide Hicks,  Eric  2000 littérature  médiévale MFA  42
22 Alves,  Suzanne La  lecture  dans  l’enseignement  en  2018  -  L’importance  de  la  prise  en  compte  de  la  subjectivité  de  l’élève  et  de  son  origine  socioculturelle Turin,  Gaspard A  partir  de  considérations  didactiques,  sociologiques  et  empiriques,  j’ai  étudié  et  mesuré  la  valeur  et  la  prise  en  compte  des  opinions  et  des  jugements  de  l’élève  en  tant  qu’individu,  mais  aussi  et  surtout  la  considération  pour  la  situation  socioculturelle  de  ce  dernier:  l’origine  des  différents  élèves  entre-t-elle,  dans  une  certaine  mesure,  dans  la  réflexion  quant  au  choix  des  livres  à  lire? 

A  cet  effet,  j’ai  analysé  ces  éléments  dans  le  Plan  d’études  romand,  dans  les  ouvrages  de  deux  sociologues  (Bourdieu,  Viala)  et  de  quatre  didacticiens  de  la  lecture  (Rouxel,  Falardeau,  Gabathuler,  Sauvaire),  ainsi  que  dans  quatre  classes  de  10e  année. 
2018 littérature  moderne MUL_533
23 AMARELLE,  Gabriela Rêves  d’encre  :  une  lecture  génétique  et  textuelle  des  «Cent  petites  histoires  cruelles»  de  Corinna  Bille Jakubec,  Doris 1996 littérature  romande MFM  473
24 Amaudruz,  Stéphanie Jean  de  Mandeville  et  le  monde :  Le  Regard  sur  l’Autre  dans  la  littérature  de  voyage  médiévale  en  France  au  XIVe  siècle. Mühlethaler,  Jean-Claude  En  découvrant  un  genre  nouveau  au  XIVe  siècle,  la  littérature  de  voyage,  nous  découvrons  en  même  temps  le  regard  que  posait  le  voyageur  médiéval  sur  l’étranger  et  la  diversité  culturelle  dans  le  monde.  Jean  de  Mandeville  compile  les  informations  principales  que  donnent  les  explorateurs  sur  les  différents  peuples  et  emmène  son  lecteur  autour  du  monde  pour  l’initier  aux  différentes  cultures  et  finalement  à  sa  propre  culture.  Car  avant  tout,  c’est  sa  propre  société,  trop  légère  dans  sa  pratique  religieuse,  que  l’auteur  explore  en  lui  tendant,  au  travers  du  regard  sur  l’autre,  un  miroir  critique.  Nous  découvrons  également  comment  l’alter  devient  alter  ego  avec  une  forte  tolérance  pour  la  diversité  et  l’espoir  de  voir  tous  les  peuples  réunis  sous  la  même  doctrine,  chrétienne  bien  sûr. 2001 littérature  médiévale MFA  46
25 AMMANN,  Pierre La  parole  des  personnages  de  roman  :  l'exemple  de  «Madame  Bovary» Adam,  Jean-Michel 1991 linguistique  française MFM  370