Liste des enregistrements

Prem.   |   Préc.   |   Enregistrement 1 - 25 sur 1423   |   Suiv.   |   Dern.      
Rétablir l'ordre de tri initial Auteur Titre Directeur Résumé Année Discipline Cote_BCU
1 Jaermann,  Brigitte Le  traitement  de  la  mémoire  au  sein  de  l’univers  post-exotique  :  L’exemple  de  Dondog  et  de  Lisbonne  dernière  marge  d’Antoine  Volodine Kaempfer,  Jean Antoine  Volodine  s’inscrit  dans  une  réflexion  majeure  de  notre  époque  contemporaine  en  construisant  un  univers  littéraire  –  le  post-exotisme  –  qui  constitue  une  expérimentation  de  la  matière  mémorielle.  Ce  présent  travail  propose  d’envisager  deux  textes  emblématiques  du  traitement  volodinien  de  la  mémoire  :  Lisbonne  dernière  marge  et  Dondog1  afin  de  saisir  la  nature  profondément  problématique  de  la  matière  mémorielle  présente  au  sein  de  ces  romans.  Ce  mémoire  a  donc  pour  ambition  de  comprendre  la  manière  dont  Volodine  travaille  le  paradoxe  de  la  mémoire  et  de  mettre  à  jour  les  différents  effets  d’une  telle  position  dans  l’horizon  littéraire  contemporain. MFM  1019
2
3 Hennemann,  François Lancelot  dans  "Kaamelott"  ou  l'échec  du  chevalier  qui  voulait  être  idéal. Wahlen,  Barbara 2018 MUL_535
4 Dumoulin,  Laetitia Repenser,  "panser",  transformer  nos  relations  aux  animaux  ?  Le  potentiel  de  la  mobilité  empathique,  de  l'éthologie  au  roman  contemporain  :  "Règne  animal"  (Jean-Baptiste  Del  Amo),  "Défaite  des  maîtres  et  possesseurs"  (Vincent  Message) Rodriguez,  Antonio 2019 MUL_630
5 Leuzinger,  Kim   Ponctuer  une  traduction  théâtrale :  un  exercice  virgule  à  virgule ?  "La  paz  perpetua"  de  Juan  Mayorga.  "Daisy"  de  Rodrigo  García. Mahrer,  Rudolf Partant  de  l’hypothèse  que  la  ponctuation  de  la  partition  graphique  d’une  pièce  de  théâtre  participe  au  sens  du  discours  et  détermine  en  partie  la  prosodie  de  sa  performance  scénique,  le  présent  travail  étudie  sa  variation  à  travers  une  analyse  comparative  de  deux  pièces  d’auteurs  contemporains  espagnols  et  de  leurs  traductions :  La  paz  perpetua  de  Juan  Mayorga  et  Daisy  de  Rodrigo  García.  Ces  œuvres  présentent  l’avantage  de  ressortir  de  deux  tendances  opposées  du  paysage  théâtral  espagnol  actuel :  le  théâtre  à  thèse  et  le  théâtre  de  plateau,  qui  impliquent  des  procédés  de  création  fort  différents.  Le  théâtre  de  Juan  Mayorga  opte  en  outre  pour  une  forme  théâtrale  « classique »  (intrigue  développée  à  travers  un  dialogue  complété  de  didascalies)  alors  que  celui  de  Rodrigo  García  bouscule  les  codes  du  genre  (fragments  monologués  consécutifs  non  dépendants  d’une  intrigue  et  sans  didascalies).  Quelle  influence  la  ponctuation  de  chacune  des  pièces  peut-elle  avoir  sur  une  (ou  plusieurs)  mise(s)  en  scène potentielle(s) ?  Le  passage  d’un  système  de  ponctuation  à  l’autre  implique-t-il  des  modifications  importantes  de  celle-ci ?  Quels  effets  ces  modifications  peuvent-elles  avoir  sur  le  sens  ou  la  performance  de  la  partition  théâtrale ?  Il  est  généralement  admis  qu’il  est  impossible  de  traduire  mot  à  mot :  peut-on  cependant  traduire  virgule  à  virgule ?  Sans  chercher  à  évaluer  le  processus  de  traduction  lui-même,  ce  travail  s’applique  donc  à  comparer  texte  à  texte  (de  l’original  à  sa  traduction)  les  signes  de  ponctuation  de  La  paz  perpetua  et  de  Daisy,  tant  dans  le  rapport  que  les  textes  entretiennent  l’un  à  l’autre  que  dans  celui  qui  les  lie  à  leur  propre  système  de  ponctuation.  2018 linguistique  comparée MUL_536
6 Carrel,  Nicolas Le  « métro-tout-nerfs-rails-magiques-à-traverses-trois-points »  de  Céline :  étude  stylistique  des  « Entretiens  avec  le  Professeur  Y ». Adam,  Jean-Michel  2001 linguistique  française MFM  664
7 Cloux  Christine Les  personnages  maîtres  de  leur  conscience :  appréhension  de  l’être  fictif  dans  trois  ouvrages  de  science-fiction.  [« Le  docteur  Lerne,  sous-dieu »,  « Les  mains  d’Orlac »  de  Maurice  Renard  et  « L’Eve  future »  d’Auguste  de  Villiers  de  l’Isle  Adam]. Gollut,  Jean-Daniel  2001 linguistique  française MFM  612
8 Collomb,  Géraldine La  problématique  du  récit  dans  « Tout  à  l’ego »  de  Benaquista. Adam,  Jean-Michel 2001 linguistique  française MFM  613
9 Favre,  Cendrine Difficultés  d’emploi  par  des  germanophones  des  temps  du  passé  français.  Etude  de  cas. Adam,  Jean-Michel  et  Alexander  Schwarz Ce  travail  a  pour  but  de  s’interroger  sur  les  difficultés  rencontrées  par  quelques  étudiants  germanophones  face  au  problème  épineux  des  temps  du  passé  français.  Basé  sur  plus  d’une  quinzaine  de  travaux  de  nature  hétérogène,  il  ne  prétend  pas  donner  une  quelconque  vision  d’ensemble  ni  apporter  de  solutions.  Il  vise  plutôt  à  esquisser  quelques  pistes,  à  mettre  le  doigt  sur  les  points  qui  semblent  les  plus  confus.  Ce  mémoire  est  divisé  en  deux  parties :  l’une,  théorique,  expose  tout  d’abord  les  enjeux  de  l’analyse  des  erreurs ;  puis  développe  les  relations  et  caractéristiques  des  IMP,  PS  et  PC ;  et  enfin,  à  l’aide  d’une  comparaison  des  systèmes  verbo-temporels  de  l’allemand  et  du  français,  présente  les  problèmes  auxquels  sont  susceptibles  d'être  confrontés  les  germanophones.  Sur  cette  base,  la  seconde  partie  analyse  les  emplois  erronés  ou  maladroits  rencontrés  dans  le  corpus.  Cette  étude  aboutit  à  une  conclusion  qui  rassemble  les  éléments  découverts.  Ce  travail  d’analyse  pose  d’autre  part  une  question  fondamentale :  comment  qualifier  d’erroné  le  choix  d’un  temps,  alors  qu'il  appartient  au  narrateur  de  décider  dans  quelle  perspective  le  procès  sera  présenté ?  Cependant,  dans  une  situation  d’apprentissage,  les  étudiants  sont-ils  toujours  conscients  du  sens  produit  par  leurs  formes  verbales ?  L’effet  de  style  créé  résulte-t-il  d'un  choix  délibéré  ou  d’une  non-maîtrise  de  la  langue ?  Il  est  vrai  que,  dans  un  tel  contexte,  le  choix  du  temps  est  déterminé  non  seulement  par  ce  qui  a  été  enseigné  à  l’apprenant  et  ce  que  celui-ci  a  compris  du  fonctionnement  de  la  langue  étrangère,  mais  aussi  par  des  facteurs  phrastiques  et  transphrastiques  ainsi  que  par  les  aspects  grammaticaux  et  lexicaux  du  verbe.  La  notion  même  d’erreur  est  alors  remise  en  cause,  et,  avec  elle,  la  question  des  limites  de  l’analyse  des  erreurs  posée. 2001 linguistique  française MFM  642
10 Fellay  Cathy « S'il  vous  plaît...  décris-moi  Le  Petit  Prince ! »  Approche  linguistique  de  l'appartenance  à  la  littérature  enfantine  et  du  genre  du  texte  illustré  de  Saint-Exupéry. Adam,  Jean-Michel Constatant  que  Le  Petit  Prince,  livre  illustré  que  Saint-Exupéry  a  publié  en  1942,  n’a  pas  un  statut  littéraire  clairement  défini,  puisqu’on  ne  sait  ni  s’il  faut  le  considérer  comme  de  la  littérature  enfantine  ni  quel  est  son  genre,  ce  mémoire  a  pour  but  de  fournir  des  éléments  de  réponse  à  ces  deux  interrogations  complémentaires  en  fondant  en  raison  la  littérature  enfantine,  -  et  à  travers  elle  la  littérature  et  la  paralittérature  -,  et  les  genres  littéraires.  La  littérature  enfantine  est  une  littérature  à  part  entière  (et  non  une  paralittérature)  qui,  du  fait  de  son  public  particulier,  doit  adapter  sa  manière  d’écrire  au  moyen  de  techniques  verbales  (lexique,  syntaxe,  énonciation,  thème)  et  visuelles  (illustrations).  L’analyse  du  Petit  Prince  met  en  évidence  une  volonté  manifeste  de  simplicité,  ce  qui  tend  à  signifier  que  les  enfants  sont  les  destinataires  de  cette  œuvre.  Néanmoins,  le  fait  que  la  simplification  ne  confine  pas  au  simplisme  explique  que  le  livre  plaît  également  aux  adultes.  Plutôt  que  de  le  cantonner  dans  l’une  ou  l'autre  littérature  (enfantine,  adulte),  il  est  préférable  de  le  considérer  comme  de  la  littérature  transgénérationnelle,  au  double  sens  du  terme :  dans  le  texte  (le  petit  prince  et  le  narrateur  adulte)  et  par  la  lecture  (le  double  lectorat),  il  met  en  présence  adultes  et  enfants,  et  ce  au  cours  des  générations  successives.  Les  genres  littéraires  sont  la  norme,  l'air  de  famille  qu’un  texte  a  avec  un  groupe  de  textes.  Constatant  que  l’on  ne  parvient  pas  à  obtenir  un  classement  générique  satisfaisant  au  niveau  de  l’ensemble  « texte »,  il  faut  se  résoudre  à  s’intéresser  au  niveau  moins  complexe  de  la  séquence  et  discerner,  dans  chaque  texte,  une  dominante  séquentielle  et  des  séquences  spécifiques.  Bien  que  l’on  trouve  l’éventail  des  séquences  possibles  dans  Le  Petit  Prince  (argumentative,  explicative,  dialogale,  descriptive),  la  dominante  est  sans  conteste  narrative.  Le  Petit  Prince  peut  être  considéré  comme  la  synthèse  de  trois  genres,  la  parabole,  le  conte  et  la  nouvelle,  ce  qui  en  fait  un  « paraconte  réaliste ».  Cette  dénomination  antithétique  se  veut  l'écho  de  la  logique  fictionnelle  du  livre,  seule  habilitée  à  transmettre,  dans  les  circonstances  particulièrement  cruelles  de  sa  parution,  le  message :  il  est  urgent  de  donner  un  sens  à  sa  vie  grâce  aux  relations  humaines,  invisibles  aux  yeux  de  chair  mais  essentielles. 2001 linguistique  française MFM  606
11 Frasseren,  Annick Le  genre  épidictique  dans  la  presse  sportive  suisse  romande :  étude  sur  Martina  Hingis  et  Marc  Rosset. Adam,  Jean-Michel Le  genre  de  l’épidictique  est  –  selon  la  définition  qu’en  donnait  Aristote  dans  la  Rhétorique  –  le  genre  de  l’éloge  et  du  blâme.  Le  penseur  de  l’Antiquité  confrontait  ce  genre,  dans  l’ouvrage  précité,  aux  genres  judiciaire  et  délibératif.  Le  genre  épidictique  a  longtemps  été  considéré,  par  rapport  aux  deux  autres  genres,  comme  un  genre  mineur,  plus  proche  du  domaine  du  littéraire  que  de  celui  de  la  rhétorique.  Depuis  les  années  septante,  les  rhétoriciens  et  linguistes  se  sont  repenchés  sur  l’étude  de  ce  genre,  démontrant  tout  d’abord  qu’en  louant  ou  blâmant  une  personne,  un  fait,  l’orateur  du  discours  épidictique  promeut  des  valeurs.  Ainsi,  le  genre  épidictique  a  aussi  un  rôle  social  à  jouer,  au  même  titre  que  les  deux  autres  genres.  Cette  perspective  nouvelle  du  genre  épidictique  a  relancé  l’intérêt  pour  ce  genre  et  depuis,  l’appareil  théorique  s’est  étoffé  de  nombreuses  études.  Notre  mémoire  se  propose  d’étudier  un  corpus  d’articles  de  presse  sportive  en  s’appuyant  sur  les  théories  épidictiques  actuelles.  Cette  démarche  a  un  aspect  novateur  dans  le  sens  où  les  recherches  sur  le  genre  épidictique,  pour  étayer  leurs  théories,  se  basent  sur  des  textes  de  l’Antiquité,  ou  sur  aucun  texte  en  particulier. 2001 linguistique  française MFM  615
12 Girod,  David Approche  sémiologique  d’une  communication  d’entreprise :  identité  visuelle  et  rédactionnelle  de  Arthur  Andersen. Adam,  Jean-Michel 2001 linguistique  française MFM  667
13 Gornik  Katarzyna L’inversion  des  signes :  portraits  féminins  dans  « Les  aventures  extraordinaires  de  Rouletabille  reporter »  de  Gaston  Leroux. Gollut,  Jean-Daniel  2001 linguistique  française MFM  617
14 Guillod,  Philippe Le  communiqué :  un  genre  de  discours  de  l’espace  payant  des  quotidiens. Adam,  Jean-Michel 2001 linguistique  française MFM  670
15 Jolliet,  Christophe Sociolinguistique  et  échec  scolaire :  la  théorie  des  deux  codes. Adam,  Jean-Michel S’intéressant  à  l’échec  scolaire  des  couches  défavorisées  de  la  population,  le  sociologue  Basil  Bernstein  postule  l’existence  de  formes  de  langage  différentes  dans  les  diverses  couches  de  la  population.  Les  couches  supérieures  utiliseraient  un  langage  explicite  (qui  peut  être  compris  sans  le  contexte  dans  lequel  il  est  produit)  et  les  couches  inférieures  un  langage  implicite  (qui  ne  peut  être  compris  que  par  référence  au  contexte  dans  lequel  il  est  produit).  Dans  le  premier  cas  on  parle  de  code  élaboré,  dans  le  second  cas  de  code  restreint.  L’échec  scolaire  des  couches  défavorisées  viendrait  de  ce  que  le  code  restreint  limite  l'accès  au  raisonnement  abstrait,  le  raisonnement  étant  guidé  par  les  structures  linguistiques.  En  fait,  la  théorie  des  deux  codes  paraît  peu  crédible.  Le  discours  restreint  décrit  par  Bernstein  ne  s’observe  ni  dans  les  textes  que  les  élèves  produisent  à  l’école,  ni  dans  les  activités  verbales  qu’ils  pratiquent  dans  la  rue.  Le  problème  vient  de  ce  que  Bernstein  tient  pour  représentatifs  des  échantillons  de  discours  obtenus  en  situation  expérimentale,  situation  problématique.  Cependant  une  explication  sociolinguistique  de  l’échec  scolaire  reste  possible,  mais  en  d’autres  termes.  L’échec  s’explique  par  les  conflits  entre  les  structures  de  surfaces  des  différentes  formes  de  langage,  ainsi  que  par  ceux  portant  sur  les  valeurs  sociales  qui  leur  sont  rattachées. 2001 linguistique  française MFM  643
16 Kairis,  Sylvie Vision  et  poétique  romanesques :  une  lecture  rétrospective  de  Jean  Rouaud. Adam,  Jean-Michel En  1999  Jean  Rouaud  publie  Sur  la  scène  comme  au  ciel,  volume  qui,  à  en  croire  la  quatrième  de  couverture  de  l’édition  originale,  met  un  terme  à  sa  « suite  romanesque »,  commencée  en  1990  avec  Les  champs  d’honneur.  Au  travers  de  ce  qu’il  nomme  lui-même  une  « comédie  de  commentaires »,  l’auteur  affiche  sa  volonté  de  revenir  sur  ses  romans  précédents  et  d’en  expliquer  les  recoins  obscurs.  Or,  par  le  biais  de  cette  relecture,  c’est  non  seulement  ses  écrits,  mais  surtout  son  écriture  (au  sens  de  « procédé  de  création »)  qu’il  met  en  lumière.  Ainsi  apparaît  un  véritable  art  poétique  à  l’intérieur  même  de  l’œuvre  romanesque  de  Rouaud.  L’enjeu  de  ce  travail  de  recherche  a  donc  été  de  reconstituer  les  différents  aspects  de  cet  art  poétique,  fils  d’Ariane  aboutissant  à  la  (re)découverte  d’un  auteur  à  considérer  avant  tout  comme  un  stylisticien… 2001 linguistique  française MFM  651
17 Lahzami,  Samia La  place  du  français  dans  l’enseignement  et  les  médias  tunisiens. Adam,  Jean-Michel 2001 linguistique  française MFM  671
18 Micheli,  Raphaël La  « nouvelle-instant »,  un  cas-limite  de  narrativité ?  L’exemple  de  deux  nouvelles  d’Albert  Camus. Adam,  Jean-Michel Ce  mémoire  prend  pour  point  de  départ  la  notion  de  « nouvelle-instant »  proposée  par  le  critique  René  Godenne  dans  ses  travaux  sur  la  nouvelle  moderne.  Selon  Godenne,  « certains  auteurs  [notamment  Marcel  Arland  ou  Albert  Camus]  ne  prétendent  plus  vouloir  raconter  une  histoire  en  bonne  et  due  forme,  mais  ramènent  le  sujet  de  la  nouvelle  à  la  seule  évocation,  et  à  l’approfondissement,  d’un  instant  précis  de  vie  (...).  La  notion  n’inclut  pas  -  ou  si  peu  -  une  idée  narrative ».  Le  but  du  travail  est  de  reprendre  ces  hypothèses  sur  la  narrativité  pour  tenter  de  les  affiner  théoriquement  et  de  les  mettre  à  l’épreuve  d’une  approche  linguistique  de  deux  nouvelles  tirées  de  L’Exil  et  le  Royaume  d’Albert  Camus  (La  femme  adultère  et  Les  muets).  La  première  partie  est  entièrement  consacrée  à  une  mise  au  point  théorique  où  les  termes-clés  d’instant,  d’action  et  de  mise  en  intrigue  sont  soumis  à  une  tentative  de  redéfinition.  La  deuxième  partie  s’ouvre  quant  à  elle  à  une  analyse  stylistique  des  nouvelles  du  corpus.  L’enjeu  central  est  de  montrer  que  la  dilatation  temporelle  dans  l’instant  va  de  pair  avec  un  effritement  de  l’action  humaine  et  de  son  organisation  textuelle  par  la  mise  en  intrigue.  Les  nouvelles  camusiennes  apparaissent  alors  comme  des  cas-limites  de  narrativité  où  le  récit  est  fondamentalement  décevant.  Ce  mémoire  vise  ainsi  à  une  réflexion  sur  le  processus  de  dénarrativisation  à  l’oeuvre  dans  la  « nouvelle-instant »  par  une  approche  située  au  carrefour  de  la  poétique  de  la  nouvelle,  des  théories  du  récit  et  de  l’action,  ainsi  que  d’une  stylistique  linguistique. 2001 linguistique  française MFM  653
19 Morselli,  Sylvie « Passion  simple »  d’Annie  Ernaux :  “une  écriture  plate”. Adam,  Jean-Michel 2001 linguistique  française MFM  620
20 Pittet,  Anne L’ironie  cynique  de  Pierre  Desproges :  entre  identification  et  distanciation. Adam,  Jean-Michel 2001 linguistique  française MFM  621
21 Poletti,  Faustina Pierre  Gripari  « Contes  de  la  rue  Broca » :  l’hétérogénéité  multiple  comme  caractéristique  de  ces  contes  modernes  pour  enfants. Adam,  Jean-Michel 2001 linguistique  française MFM  658
22 Schurter,  Nicolas Approche  socio-linguistique  du  slogan :  stratégies  et  fonctions  de  l’anglais  dans  la  publicité  de  langue  français. Adam,  Jean-Michel 2001 linguistique  française MFM  622
23 Soland  Yvonne Les Lettres  portugaises  de  Guilleragues.  Analyse  discursive  d’une  passion  épistolaire. Gollut,  Jean-Daniel  L’étude  de  ce  roman  par  lettres  du  XVIIe  siècle  prend  en  compte  les  deux  dimensions  qui  font  la  particularité  de  l’ouvrage :  le  discours  amoureux  et  la  monodie  épistolaire.  Elle  cherche  à  mettre  en  évidence  les  aspects  de  l’expression  passionnelle  et  à  montrer  en  quoi  le  régime  d'écriture  de  la  Lettre  convient  idéalement  à  la  dramatisation    d'un  scénario  d’abandon.  Les  chapitres  du  mémoire  traitent  tour  à  tour  différentes  composantes  de  l’énonciation :  jeu  des  personnes,  images  des  interactants,  modalités,  argumentation.  Ces  analyses  permettent  de  montrer  l’évolution  de  l'épistolière,  à  la  fois  dans  le  sens  d'un  désespoir  accru  et  dans  celui  d'une  lucidité  toujours  plus  aiguisée. 2001 linguistique  française MFM  623
24 Vallélian  Isabelle L’élaboration  littéraire  d’un  « socio-régio-lecte ».  L’image  du  parler  paysan  chez  Maupassant. Gollut,  Jean-Daniel  Nombreux  sont  les  récits  de  Maupassant  qui  ont  pour  cadre  la  campagne  et  qui  mettent  en  scène  des  paysans.  Cette  catégorie  de  personnages  fait  l’objet  d'une  caractérisation  par  le  langage.  L’élaboration  littéraire  du  parler  paysan  est  étudiée  ici  sur  la  base  d’un  corpus  de  quatorze  contes.  Après  une  introduction  qui  souligne  l’importance  de  la  parole  dans  la  caractérisation  des  personnages  romanesques  et  rappelle  les  enjeux  idéologiques  et  esthétiques  de  la  représentation  de  la  parole  dans  la  littérature  du  XIXe  siècle,  l’analyse  linguistique  du  langage  paysan  comprend  trois  volets :  le  premier  l’envisage  en  tant  que  langage  parlé,  le  second  comme  parler  populaire,  le  troisième  comme  parler  régional.  A  chaque  fois,  les  traits  caractéristiques  sont  répertoriés  selon  leur  niveaux  de  manifestation  (prosodique,  phonique,  morphosyntaxique,  lexical,  sémantique  et  pragmatique).  La  conclusion  fait  la  synthèse  des  procédés  utilisés  par  l'auteur  pour  produire  une  image  littérairement  acceptable  de  ce  langage  particulier. 2001 linguistique  française MFM  676
25 Biderbost,Carine Les  récits  pour  enfants :  une  approche  narratologique  et  psycho-cognitive :  étude  de  cinq  cas. Adam,  Jean-Michel 2002 linguistique  française MFM  687