Liste des enregistrements

Prem.   |   Préc.   |   Enregistrement 1 - 25 sur 1423   |   Suiv.   |   Dern.      
Rétablir l'ordre de tri initial Auteur Titre Directeur Résumé Année Discipline Cote_BCU
1 2017 littérature  médiévale
2
3 Jacquemin,  Carole « Accéder  à  l’authenticité  en  partant  d’une  imposture,  avouez  que  ce  serait  assez  beau ! ».  Ajar  ou  la  mise  en  œuvre  de  l’imposture.  De  Pour  Sganarelle  à  Pseudo. Cernuschi,  Alain  Le  but  de  ce  travail  est  de  montrer  comment  il  est  possible  de  parvenir  à  réaliser  le  projet  paradoxal  d’accéder  à  l’authenticité  à  partir  de  l’imposture.  La  première  partie  de  ce  travail  portera  principalement  sur  Pour  Sganarelle  qui  selon  nous  permet  de  mieux  comprendre  ce  que  signifie  un  tel  projet  pour  Gary.  L’essai  qu’il  écrit  en  1965  développe  en  effet  la  théorie  d’un  roman  total  dont  Gary  dit  lui-même  que  l’aventure  d’Emile  Ajar  en  est  la  réalisation.  Nous  commençons  donc  par  étudier  ce  que  représente  le  roman  total  pour  Gary  afin  de  voir  par  la  deuxième  partie  de  ce  travail  si  l’œuvre  d’Emile  Ajar  en  est  bien  la  réalisation.  Cette  deuxième  partie  est  en  effet  constituée  d’une  analyse  de  Pseudo  qui  tente  de  montrer  comment  celui-ci  réalise  le  versant  fictif  des  thèses  de  Pour  Sganarelle. 2005 littérature  moderne MFM  807
4 Kolb  Marie « Coller  à  son  sujet »,  le  style  oralisé  chez  Emile  Ajar Meizoz,  Jérôme  La  question  initiale  de  ce  travail  était  de  savoir  si  le  style  étonnant  des  romans  que  Romain  Gary  a  signés  du  nom  d’Emile  Ajar  (Gros-Câlin,  La  Vie  devant  soi,  Pseudo,  L’Angoisse  du  roi  Salomon)  relevait  du  style  oralisé.  Nous  avons  pu  amener  une  réponse  positive  à  cette  question  par  l’étude  des  aspects  biographique  et  formel  de  cette  œuvre.  Au  niveau  biographique,  le  pseudonymat  de  Romain  Gary  est  très  significatif :  il  exprime  une  préoccupation  quant  à  la  problématique  de  l’identité  (l’auteur  veut  changer  d’identité  car  il  estime  que  ses  œuvres  ne  sont  pas  reconnues  à  leur  juste  valeur)  et  il  marque  aussi  une  rupture  au  niveau  stylistique  puisque  seuls  les  livres  signés  Ajar  ont  ce  style  particulier.  Après  une  analyse  formelle  de  l’oralité  dans  ces  romans  (marques  classiques  de  l’oralité  et  figures  propres  à  Ajar),  nous  avons  pu  constater  que  les  personnages  de  ces  mêmes  romans  étaient  très  proches  de  leur  auteur  Romain  Gary  par  un  aspect  important  de  leur  personnalité :  leur  désocialisation  et  leur  caractère  d’exclus.  Autant  pour  l’auteur  que  pour  ses  personnages,  la  solution  à  cette  identité  troublée  sera  la  recherche  d’un  nouveau  style :  le  style  oralisé. 2003 littérature  moderne MFM  741
5 Jost,  Sarah « Contre  une  époque  qui  a  besoin  de  héros,  nous  ne  pouvons  rien  faire » :  l’itinéraire  de  Jason  dans  la  littérature  médiévale  (1300-1430). Mühlethaler,  Jean-Claude  Prenant  pour  point  de  départ  la  polémique  créée  par  le  choix  de  Jason  comme  patron  de  l’ordre  bourguignon  de  la  Toison  d’Or,  ce  travail  s’attache  à  retracer  l’itinéraire  de  ce  héros  dans  la  littérature  médiévale  entre  1300  et  1430.  Personnage  profondément  ambigu,  il  est  tantôt  décrié  pour  son  comportement  amoureux  coupable  envers  sa  compagne  Médée,  tantôt  mis  en  avant  comme  le  jeune  héros  intrépide  qui  conquit  la  toison  d’or  au  prix  d’une  longue  et  périlleuse  navigation  vers  l’Orient.  L’étude  de  la  figure  de  Jason  permet  d’aborder  certains  thèmes  parmi  les  plus  importants  de  la  littérature  du  la  fin  du  Moyen  Âge :  la  loyauté,  le  mensonge,  mais  également  le  voyage,  l’exotisme  oriental  et  les  qualités  chevaleresques.  Elle  permet  en  outre  de  mettre  en  lumière  certains  fonctionnements  du  mythe  littéraire  et  d’ouvrir  des  pistes  de  réflexions  sur  la  manière  dont  les  héros  se  trouvent  répondre  aux  besoins  et  aux  attentes  de  certaines  époques. 2008 littérature  médiévale MFA  76
6 Ahmeti  Albert « De  la  peinture  du  temps  dans  les  Essais  de  Montaigne ». Tinguely,  Frédéric  Si  aujourd’hui  nous  retenons  essentiellement  deux  vues  majeures  du  temps  (à  savoir  celle  –  léguée  par  les  Anciens  –  d’un  temps  cyclique  où  tout  se  répéterait  périodiquement  et  celle  –  adoptée  par  les  Modernes  –  d’un  temps  linéaire  orienté  vers  l’avenir),  les  penseurs  ne  se  sont  de  loin  pas  limités  à  ces  deux  seules  visions,  développant  à  travers  les  âges  une  pluralité  de  conceptions  aussi  diverses  les  unes  que  les  autres.  La  littérature  française  n’a  pas  manqué  d’en  faire,  elle  aussi,  une  de  ses  sources  d’inspiration  privilégiée.  Ronsard  invite  à  « cueillir »  le  moment  présent  dans  ses  Sonnets  pour  Hélène ;  Pascal,  lui,  constate  dans  ses  Pensées  l’inadaptabilité  de  l’homme  à  son  présent ;  les  poètes  romantiques  se  souviennent  du  passé  avec  nostalgie ;  tandis  que  Verlaine  et  Baudelaire  crient  douloureusement  les  ravages  du  temps.  La  présente  étude  se  penche  sur  l’approche  montaignienne  du  temps  dans  les  Essais.  Nous  partons  d’un  constat  premier :  l’angoisse  de  Montaigne  face  à  la  fuite  du  temps.  De  là,  nous  tentons  alors  de  dégager  les  différentes  stratégies  de  défense  qu’adopte  l’auteur,  au  fil  du  temps…  Trois  mouvements  composent  notre  travail :  d’abord  nous  défendons  l’idée  d’une  conception  subjective  du  temps,  où  celui-ci  est  réversible ;  ensuite  nous  glissons  vers  une  approche  sceptique  du  temps,  où  celui-ci  se  meut  à  la  façon  de  l’esprit  montaignien ;  et  finalement  nous  aboutissons  à  la  thèse  de  la  saisie  de  l’instant,  admise  par  la  majorité  des  critiques,  mais  que  nous  nuançons  à  l’aide  d’une  reformulation  de  l’instant.  Après  ce  long  voyage  à  travers  le  temps,  nous  concluons  enfin  par  l’atteinte  d’un  état  ataraxique  et  exempt  de  toute  angoisse  chez  Montaigne. 2008 littérature  moderne MFM  888
7 Gamboni,  Laura “ Elégie  de  la  mort  violente ”,  le  deuil  dans  l’œuvre  de  Claude  Esteban. Wyss,  André  Ce  mémoire  traite  du  thème  de  la  mort  et  du  deuil  dans  l’œuvre  de  Claude  Esteban,  poète  franco-espagnol  né  en  1935  à  Paris.  Il  analyse  principalement  “ Elégie  de  la  mort  violente ”  (1989),  recueil  rédigé  après  la  mort  de  sa  femme,  et  qui  se  situe  à  une  place  charnière  de  l’œuvre.  En  effet,  si  l’on  compare  l’œuvre  antérieure  à  1989  avec  celle  ultérieure,  on  prend  conscience  du  bouleversement  occasionné  par  la  confrontation  à  la  mort  réelle.  Ce  mémoire  est  donc  divisé  en  trois  parties :  l’œuvre  antérieure  où  le  thème  de  la  mort  occupe  déjà  une  place  essentielle,“ Elégie de  la  mort  violente ”,  et  l’œuvre  postérieure,  dont  je  tente  de  cerner  la  réorientation  radicale.  La  seconde  partie,  la  plus  importante,  insiste  sur  trois  enjeux  du  texte  élégiaque :  la  question  du  langage,  celle  du  sujet  de  l’écriture,  et  enfin  celle  du  rapport  au  monde  extérieur  et  aux  hommes.  Le  premier  enjeu,  que  j’ai  nommé  “ le  langage  poétique  et  la  mort ”,  traite  du  double  aspect  de  la  parole  poétique  face  à  la  mort :  menacée  dans  ses  fondements  par  la  confrontation  au  néant,  elle  frôle  le  mutisme ;  cependant,  malgré  la  douleur  et  les  doutes,  elle  s’impose  comme  la  seule  possibilité  de  survie,  construisant  une  œuvre  qui  se  fait  mémoire  de  la  disparue  et  chemin  de  deuil.  L’analyse  des  trois  parties  stylistiquement  très  différentes  du  recueil  met  en  lumière  l’évolution  au  sein  même  du  langage.  Ce  dernier  passe  en  effet  de  l’expression  brute  de  l’événement  tragique  et  de  la  douleur  à  son  élargissement  dans  un  chant  qui  permet  l’universalisation  et  le  partage  de  la  plainte.  Le  second  enjeu,  nommé  “ la  douleur  du  poète ”,  met  en  lumière  la  perte  des  repères  suscitée  par  la  mort  de  la  personne  aimée,  ainsi  que  la  prise  de  conscience  de  sa  propre  finitude  en  miroir  à  celle  de  l’autre.  Ce  recueil  retrace  tout  un  parcours  allant  de  la  révolte  face  à  l’inacceptable  jusqu’à  l’acceptation  de  la  perte  et  de  sa  propre  mort.  Le  troisième  enjeu,  nommé  “ L’absence  de  l’autre ;  l’absence  aux  autres ”  traite  du  rapport  à  la  femme  disparue  et  au  monde  extérieur.  Si  au  départ  la  douleur  ainsi  que  la  tentative  de  maintenir  un  contact  avec  la  morte  se  font  au  détriment  du  rapport  aux  autres,  l’acceptation  progressive  de  la  disparition  se  fera  au  bénéfice  d’une  réouverture  au  monde  extérieur.  Au  vu  de  l’évolution  interne  à  “ Elégie  de  la  mort  violente ”  ainsi  que  de  sa  mise  en  perspective  avec  le  reste  de  l’œuvre,  je  suis  arrivée  à  la  conclusion  que  ce  recueil,  né  d’un  bouleversement  total,  amorce  une  poésie  plus  lyrique,  c’est-à-dire  ancrée  dans  l’intimité  même  du  poète,  et  résolument  tournée  vers  le  lecteur.  Il  s’y  dessine  la  nécessité  d’un  rapport  nouveau  à  la  mort,  au  langage  et  à  la  poésie.  Dans  la  lucidité  douloureuse  de  la  fragilité  humaine,  cette  poésie  se  recentre  sur  l’essentiel.  Partant  de  l’expérience  la  plus  intime  qui  soit,  elle  parvient  à  en  faire  une  parole  qui  rassemble. 2002 littérature  moderne MFM  703
8 Moser,  Aline « Frissonner  salubrement » :  invitation  à  la  lecture  de  quelques  textes  de  Charles-Albert  Cingria :  Les  Autobiographies  de  Brunon  Pomposo,  Pendeloques  alpestres,  Le  seize  juillet,  La  Fourmi  rouge. Maggetti,  Daniele  2008 littérature  romande MFM  883
9 Koenig,  Marie-Laure « Hommage  et  profanation »  comme  forme  de  vie. Wyss,  André  2004 littérature  moderne MFM  768
10 Clavel,  Nathalie « Homo  plasticator » :  figures  de  créateurs  dans  la  littératture  du  XIXe  siècle :  artistes  et  savants. Caraion,  Marta  Le  XIXe  siècle  est  riche  en  événements  et  en  textes  critiques  et  littéraires  mêlant  étroitement  les  arts  et  la  science.  Ce  mémoire  de  licence  se  donne  pour  ambition  de  confronter  différentes  figures  d’artistes  et  de  savants,  représentés  dans  la  littérature  de  ce  siècle,  tels  qu’ils  apparaissent  dans  leur  travail  de  créateurs  d’êtres  anthropomorphes.  Ces  créateurs,  aussi  bien  dans  le  domaine  artistique  que  scientifique,  sont  tributaires  non  seulement  d’une  longue  tradition  mythique  et  littéraire,  mais  aussi  philosophique  et  technique.  Leur  volonté  inflexible  d’animer  l’inerte  ne  se  fait  pas  sans  heurts  avec  la  société,  forçant  le  créateur    à  se  retirer  du  monde,  de  son  cercle  familial,  jusqu’à  s’aliéner  soi-même.  Son  travail  de  création  l’accapare,  pour  lequel  même  la  vie  est  sacrifiée.  De  Frankenstein  à  L’Eve  future,  du  Chef-d’œuvre  inconnu  à  L’Œuvre,  le  travail  de  création  touche  à  la  transgression  et  conduit  souvent,  paradoxalement,  à  l’anéantissement  de  l’œuvre  humaine  et  du  responsable  de  son  existence. 2008 littérature  moderne MFM  891
11 Bornet  Emilie « Ja  orés  mout  tres  grant  merveille » :  le  merveilleux  à  l’épreuve  de  la  réécriture  dans  le  roman  de  Cristal  et  Clarie,  roman  en  vers  du  XIIIe  siècle  (1267-1268). Mühlethaler,  Jean-Claude  Le  roman  de  Cristal  et  Clarie  est  un  roman  anonyme  de  la  fin  du  XIIIe  siècle  conservé  dans  un  manuscrit  unique.  Ce  mémoire  propose  d’aborder  cette  œuvre,  dans  son  ensemble,  au  travers  de  la  thématique  du  merveilleux.  Une  analyse  détaillée  de  chaque  épisode  où  le  merveilleux  intervient  a  permis  de  montrer  un  effacement  de  la  topique  merveilleuse  qui  provoque  la  mise  en  place  de  mécanismes  nouveaux  tels  que  la  déconstruction,  le  détournement,  le  retardement  de  l’explication  merveilleuse  ou  la  tonalité  ludique.  Ainsi,  cet  effacement  n’est  pas  le  signe  de  la  faillite  de  l’écriture  mais  celui  d’une  nouvelle  poétique  du  merveilleux.  Le  roman  de  Cristal  et  Clarie  présente  une  écriture  plus  elliptique  qui  repose  sur  l’intertextualité.  Cette  évolution  est  possible  grâce  à  un  ancrage  certain  du  merveilleux  dans  la  littérature  médiévale  où  les  motifs  véhiculent  au  travers  des  textes  et  où  la  mémoire  des  œuvres  antérieures  joue  un  rôle  important.  L’intertextualité  permet  de  comprendre  l’incomplétude  présentée  par  la  topique  merveilleuse. 2010 littérature  médiévale MFA  83
12 Wahlen  Barbara « Je  n’en  feray  que  che  que  j’en  ay  empensé ! »  Le  nain  Tronc  dans  Ysaÿe  le  Triste. Mühlethaler,  Jean-Claude  Ysaÿe  le  Triste  raconte  les  aventures  du  héros  éponyme,  fils  de  Tristan  et  Yseut,  et  celles  de  leur  petit-fils,  Marc  l’Essilié.  Ce  mémoire  est  une  étude  du  personnage  du  nain,  Tronc,  fidèle  serviteur  des  deux  chevaliers,  qui,  sous  son  apparence  misérable  et  hideuse,  cache  le  roi  de  Féerie,  le  bel  Aubéron.  Personnage  fascinant,  Tronc  oscille  entre  deux  pôles,  endroit  et  envers  de  la  morale  chrétienne,  subtil  mélange  de  sagesse  et  de  machiavélisme  démoniaque,  de  générosité  et  de  cruauté.  Trickster  aux  mille  tours,  il  introduit  la  surprise,  le  décalage  de  tons  dans  la  succession  attendue  des  exploits  chevaleresques  et  entraîne  le  récit  sur  des  voies  obliques :  celles  du  burlesque  et  du  fabliau,  détours  de  la  narration  qui  se  multiplient  de  façon  jubilatoire.  Après  avoir  esquissé  un  portrait  du  nain,  ce  mémoire  analyse  les  enjeux  liés  à  sa  présence  aux  côtés  des  chevaliers :  gauchissements  et  renouvellements  des  motifs  traditionnels,  transformation  de  l’idéal  chevaleresque,  etc.  La  troisième  partie  questionne  la  relation  privilégiée  qu’entretient  Tronc  avec  l’écriture  du  roman  et  offre  un  nouveau  portrait  du  nain :  Tronc  le  trickster,  le  créateur  de  fictions,  le  maître  des  mots  et  de  l’illusion. 2001 littérature  médiévale MFA  44
13 Vaucher,  Fanny « Je  ne  peux  vivre  ni  sans  toi,  ni  avec  toi » :  Les  figures  féminines  dans  Moravagine  et  Dan  Yack  de  Blaise  Cendrars. Cossy,  Valérie    et  Le  Quellec  Cottier,  Christine  Ce  travail  considère  les  figures  féminines  des  romans  dans  leur  rapport  au(x)  héros,  et  constitue  une  première  approche  du  corpus  romanesque  cendrarsien  avec  une  perspective  de  genre.  Construites  en  figures  d’altérité  pour  le(s)  héros,  c’est  la  féminité  même  de  ces  personnages  qui  est  problématique.  Elles  représentent  autant  d’incarnations  du  principe  féminin  dans  l’univers  du  héros,  et  autant  de  formes  de  la  part  du  féminin  interne  au  héros  lui-même.  L’aspiration  à  l’androgynie  et  l’exploration  du  motif  androgyne  vont  constituer  une  réponse  cendrarsienne  à  l’impasse  de  la  différentiation  sexuelle. 2006 littérature  moderne MFM  844
14 Oran  Izabela « Je  riz  en  pleurs »  Rire  et  pleurer  dans  l’oeuvre  de  François  Villon. Mühlethaler,  Jean-Claude  L’œuvre  de  François  Villon  ne  cesse  d’intriguer  ses  lecteurs.  L’examiner  sous  l’angle  de  deux  réactions  de  l’homme,  celles  du  rire  et  du  pleurer,  nous  a  semblé  lui  attribuer  une  certaine  actualité.  Quelle  place  occupent  les  rires  et  les  larmes  dans  le  Lais,  le  Testament  et  les  Poésies  diverses  de  Villon ?  Telle  était  la  question  qui  a  guidé  notre  démarche.  Mais  accéder  et  comprendre  les  rires  et  les  pleurs  de  l’univers  villonien  signifie  dans  un  premier  temps  saisir  le  sens  que  le  Moyen  Age  confère  à  ces  deux  phénomènes.  En  effet,  inscrits  dans  l’anthropologie  chrétienne  de  l’époque  ils  évoluent  à  travers  le  temps,  subissent  des  répressions  qui  s’amenuisent  progressivement  dans  le  cas  du  rire,  s’universalisent  et  deviennent  publics  dans  le  cas  des  larmes.  L’analyse  de  l’oeuvre  villonienne  marque  le  second  temps  de  notre  recherche.  L’auteur  du  Testament  met  en  scène  au  niveau  explicite  du  discours  poétique  les  réactions  du  rire  et  du  pleurer.  Son  œuvre  est  pourtant  davantage  l’espace  de  l’hilarité  que  celui  des  larmes.  Rire  comme  expression  de  jouissance,  rire  moqueur  et  rire  jaune,  voilà  les  trois  sortes  du  rire  auxquelles  l’instance  poétique  fait  recours.  Les  larmes  se  laissent  saisir  à  travers  leur  inscription  dans  le  temps :  les  pleurs  ont  surgi  dans  le  passé,  inondent  aujourd’hui  le  visage  de  la  femme  vieillissante,  exprimeront  demain  la  gratitude  du  sujet  poétique  gracié  de  la  peine  de  mort.  Or,  c’est  l’hémistiche  « Je  riz  en  pleurs »  (Ballade  du  concours  de  Blois  appelée  également  Ballade  des  contradictions,  v.  6)  qui  cristallise,  à  notre  sens,  l’attitude  du  poète  face  aux  deux  phénomènes.  Le  rire  comme  expression  de  la  jeunesse  et  de  la  vie  coexiste  à  tout  moment  avec  les  pleurs  liés  à  la  vieillesse  et  à  la  mort.  Pour  l’instance  poétique,  l’hilarité  est  un  moyen  d’exorciser  les  petites  et  les  grandes  peurs  de  l’homme  qui  parcourt  infatigablement  de  la  naissance  à  la  mort  une  « vallée  des  larmes ». 2007 littérature  médiévale MFM  873
15 Breux,  Stéphanie « Je  vient  par  lat  prézante... » :  analyse  textuelle  d’un  cahier  (1928)  de  Jules  Doudin. Adam,  Jean-Michel Centré  sur  un  « écrit  brut »,  ce  travail  porte  sur  le  bouleversement  que  subit  la  langue  dans  un  cahier  daté  de  1928,  écrit  par  Jules  Doudin  (1884-1946),  interné  à  l’asile  psychiatrique  de  Cery  pour  troubles  mentaux  à  caractères  psychotiques  durant  trente-cinq  ans.  Le  premier  objectif  de  ce  travail  était  de  faire  passer  un  manuscrit  difficile  d’accès  au  statut  de  texte  dactylographié  aisément  reproductible  et  analysable  numériquement  (Lexico  3).  Conservé  jusque-là  dans  les  archives  de  la  Collection  de  l’Art  Brut  de  Lausanne,  le  cahier  de  1928  trouve  avec  le  présent  travail  une  nouvelle  existence  et  devient  l’objet  d’une  première  analyse.  Dans  une  perspective  d’analyse  du  discours  et  d’une  problématique  de  mixité  des  genres,  entre  l’épistolaire  et  le  journal  intime,  les  textes  du  cahier  sont  étudiés  sous  différents  angles :  leur  usage  très  particulier  de  l’orthographe  du  français,  les  restes  d’un  plan  de  texte  épistolaire  pour  une  première  partie,  ceux  des  actes  de  discours  et  de  l’énonciation  pour  une  seconde.  C’est  notamment  à  travers  l’acte  illocutoire  de  la  demande  d’un  paquet  qui  revient  dans  le  texte  de  manière  obsessionnelle  que  nous  percevons  chez  Doudin  une  volonté  de  faire  (ré)agir  le(s)  potentiel(s)  destinataire(s)  de  ses  lettres  et  une  écriture  qui  prend  la  forme  d’un  recueil  composé,  dans  une  entreprise  de  maintien  en  exercice  de  la  langue. 2009 linguistique  française MFM  937
16 Chevalley,  Raphaël « L’arrière dans  le  récit  de  guerre :  l’évolution  d’une  représentation ». Kaempfer,  Jean  La  représentation  des  civils  subit  une  profonde  évolution  dans  les  trois  grandes  générations  de  textes  ayant  la  Première  Guerre  Mondiale  pour  objet.  Les  récits-témoignages  écrits  par  des  combattants  durant  le  conflit  ou  peu  après  livrent  une  réaction  « à  chaud »  contre  l’arrière,  victimisant  les  soldats  et  niant  les  souffrances  des  civils,  et  divisent  de  la  sorte  la  société  en  deux  sphères,  combattants  contre  non-combattants.  Les  romans  publiés  dans  les  années  30  bénéficient  d’un  certain  recul,  qui  permet  la  décantation  des  souvenirs  et  des  sentiments.  La  représentation  des  civils  s’y  fait  donc  à  la  fois  plus  nuancée,  mais  aussi  plus  extrême,  car  le  temps  permet  aussi  aux  sentiments  refoulés  de  se  libérer.  Ce  n’est  qu’à  la  fin  du  XXème  siècle  que  se  dessinera  une  véritable  tendance  à  réhabiliter  la  population  civile  dans  la  littérature.  Dans  les  textes  parus  à  ce  moment,  les  civils  tentent  à  la  fois  de  recueillir  l’expérience  de  leurs  proches  qui  ont  combattu  et  de  comprendre  le  conflit  ;  le  dialogue  est  restauré,  et  une  véritable  coopération  s’installe  même  entre  civils  et  combattants,  ce  qui  permet  de  combler,  à  la  fin  du  XXème  siècle,  le  fossé  entre  l’avant  et  l’arrière. 2007 littérature  moderne MFM  856
17 Groux,  Manon « L’oiseau  peut-il  chanter  seulement  la  chanson  qu’il  connait  […] ? »  :  analyse  comparative  des  dialogues  intertextuels  dans  La  Belle  au  bois  dormant  de  Charles  Perrault  et  dans  The  Lady  of  the  House  of  Love  d'Angela  Carter. Heidmann,  Ute  Cette  étude  met  en  lumière  certains  dialogues  intertextuels  engagés  par  « La  Belle  au  bois  dormant »  de  Charles  Perrault  et  par  « The  Lady  of  the  House  of  Love »  d’Angela  Carter.  En  s’appuyant  sur  la  définition  du  dialogue  intertextuel  proposée  par  Ute  Heidmann,  elle  analyse  de  quelle  manière  ces  deux  textes  répondent  à  d’autres  textes  appartenant  à  différents  horizons  linguistiques  et  culturels.  Cette  étude  montre  les  dialogues  engagés  par  « La  Belle  au  bois  dormant »  avec  une  version  napolitaine  du  conte  de  Basile,    avec  l’histoire  de  Psyché  selon  Apulée  et  avec  plusieurs  textes  de  La  Fontaine.  Elle  met  également  en  évidence  les  dialogues  engagés  par  « The  Lady  of  the  House  of  Love »  avec  le  conte  de  Perrault,  « The  Fall  of  the  House  of  Usher »  d’Edgar  Allan  Poe  et  Dracula  de  Bram  Stoker.  Une  fois  ces  différents  dialogues  intertextuels  mis  en  lumière,  elle  compare  de  quelles  manières  et  à  quelles  fins  chaque  texte  recourt  aux  dialogues  avec  d’autres. 2007 littérature  comparée MLC  54
18 Currat,  Thierry « L’Usage  du  monde »,  ou  le  voyage  comme  pré-texte. Maggetti,  Daniele  2002 littérature  romande MFM  680
19 Cinter,  Alexandra « La  Confession  d’un  enfant  du  siècle » :  entre  utopie  rousseauiste  et  révolte  faustienne,  un  questionnement  sur  le  statut  de  la  croyance. Reichler,  Claude  2006 littérature  moderne MFM  823
20 Born-Munoz  Olga « Le  Roman  de  Renart » :  vers  une  renardisation  de  la  royauté. Mühlethaler,  Jean-Claude  2004 littérature  médiévale MFA  63
21 Braun,  Valérie « Les  Génies  du  lieu »  de  Michel  Butor :  voyage  interculturel  au  moyen  de  structures  mobiles. Kaempfer,  Jean  2002 littérature  moderne MFM  688
22 Bürki,  Adrien « Ne  pas  écrire  etc. » :  pratiques  de  la  liste  dans  l’œuvre  de  Georges  Perec. Wyss,  André  L’énumération  est  un  trait  stylistique  saillant  de  l’œuvre  de  Georges  Perec,  et  s’y  manifeste  fréquemment  sous  la  forme  listique.  Mais  le  statut  de  la  liste  et  sa  lisibilité  parfois  problématique  posent  la  question  de  son  appartenance  au  champ  littéraire.  En  parcourant  le  corpus  selon  les  quatre  axes  de  l’écriture  de  Perec  définis  par  l’auteur  (sociologique,  autobiographique,  oulipien,  romanesque),  ce  travail  se  propose  de  montrer  que  la  liste  est  indéniablement  un  objet  littéraire  et  qu’elle  ne  peut  être  dissociée  du  reste  de  l’œuvre  perecquienne,  tant  s’y  retrouvent  constamment  les  mêmes  préoccupations,  les  mêmes  thèmes,  et  des  procédés  d'écriture  similaires.  Ce  mémoire  cherche  à  dégager  et  étudier  les  multiples  procédés  de  composition  des  listes  et  à  rendre  compte  des  effets  contradictoires  qu’elles  peuvent  produire  sur  le  lecteur,  tendues  toujours  entre  vrai  et  faux,  jeu  et  sérieux,  lassitude  et  séduction. 2005 littérature  moderne MFM  777
23 Chardonnens,  Noémie « Nommer  l’incognito :  Gauvain  dans  Le  Livre  d’Artus ». Mühlethaler,  Jean-Claude  Le  Livre  d’Artus  (après  1235)  est  une  des  Suites  du  Merlin  en  prose  qui  prétendent  raconter  rétrospectivement  les  débuts  du  règne  d’Arthur.  Notre  travail  part  du  constat  suivant :  Gauvain,  personnage-clé  de  la  cour  arthurienne,  est  réputé  depuis  le  Conte  du  Graal  de  Chrétien  de  Troyes  pour  ne  jamais  cacher  son  identité  à  qui  la  lui  demande.  Dans  le  Livre  d’Artus,  il  refuse  non  seulement  de  la  donner,  mais  se  fait  également  passer  pour  un  autre,  usurpant  à  plusieurs  reprises  l’identité  peu  flatteuse  de  « Daguenet  li  Coars ».  Par  le  biais  de  l’entrelacement  et  de  l’omniprésence  de  Gauvain,  l’incognito  du  personnage  se  retrouve  au  cœur  du  récit  et  des  problématiques  attachées  à  son  pacte  d’écriture.  Le  procédé  permet  au  prosateur  de  mettre  en  avant  l’importance  de  la  renommée  dans  la  société  chevaleresque,  de  s’interroger  sur  le  statut  du  nom  propre,  mais  aussi  de  se  positionner  dans  la  réflexion  qu’il  mène  sur  la  formation  des  stéréotypes  arthuriens,  d’asseoir  son  statut  d’anticipation  du  Lancelot  en  prose,  de  développer  une  esthétique  et  une  tonalité  qui  lui  sont  propres  ainsi  que  de  répondre  aux  ambitions  totalisantes  de  la  prose  romanesque  en  convoquant  un  intertexte  à  la  fois  cyclique  et  propre  aux  romans  en  vers.  Il  répond  aux  ambitions  totalisantes  de  la  prose  romanesque  en  convoquant  un  intertexte  qui  renvoie  à  la  fois  aux  romans  cycliques  et  aux  récits  en  vers.  A  travers  l’étude  de  l’incognito  de  Gauvain  dans  Le  Livre  d’Artus,  ce  mémoire  offre  au  lecteur  un  accès  à  la  vision  d’une  époque  sur  un  personnage  récurrent  de  l’univers  arthurien  et  lui  ouvre,  en  même  temps,  une  porte  vers  un  texte  peu  connu,  mal  édité  et  encore  moins  étudié,  qui  pourtant  mérite  à  nos  yeux  d’être  (re)découvert. 2007 littérature  médiévale MFA  71
24 Morselli,  Sylvie « Passion  simple »  d’Annie  Ernaux :  “une  écriture  plate”. Adam,  Jean-Michel 2001 linguistique  française MFM  620
25 Kubicek,  Katharina « Play  It  Again,  René !  Ambivalences  parodiques :  la  délicate  négociation  entre  le  Cœur  et  le  corps  dans  le  Livre  du  Cuer  d’Amours  espris  de  René  d’Anjou. Mühlethaler,  Jean-Claude  À  l’instar  de  nombreuses  oeuvres  du  Moyen  Âge  finissant,  le  Livre  du  Cuer  d’Amours  espris  de  René  d’Anjou  (1457)  se  présente  comme  un  texte  à  caractéristiques  formelles  hybrides,  empruntant  aussi  bien  au  réservoir  de  la  personnification  allégorique,  telle  qu’elle  fut  popularisée  par  le  Roman  de  la  Rose,  qu’à  celui  des  romans  arthuriens.  Une  partie  récente  de  la  critique  a  mis  en  lumière  les  aspects  essentiellement  ludiques  d’une  pareille  circulation  intertextuelle  en  plaçant  l’emphase  de  l’analyse  sur  les  indices  de  la  prise  de  distance  parodique  de  ce  texte  par  rapport  aux  hypotextes  dont  il  se  nourrit.  C’est  sur  ces  recherches  que  le  présent  travail  prend  appui,  dans  sa  volonté  d’apporter  de  nouveaux  éléments  corroborant  l’idée  d’un  dysfonctionnement,  dans  le  Livre  du  Cuer,  des  idéaux  courtois  et  chevaleresque.  Les  séquences  étudiées  offrent  autant  d’exemples  de  jeux  parodiques  avec  des  intertextes  « sérieux »,  qu’ils  soient  biblique,  moraliste  ou  d’inspiration  héroïque.  L’angle  d’approche  choisi  pour  scruter  l’attitude  parodique  est  le  recours  constant  du  narrateur  à  la  matérialité  (aspects  corporels,  nourriture,  argent,  etc.)  en  dissonance  avec  l’idéalité  de  la  quête  courtoise.  Enfin,  ce  travail  tente  le  pari  de  débusquer,  dans  l’examen  des  occurrences  parodiques,  une  constante  moins  ludique  et  plus  grave.  On  peut  en  effet  dégager  dans  le  roman  les  indices  d’une  séparation  inquiétante  entre  signifiant  et  signifié,  ainsi  qu’un  mouvement  allant  de  la  sauvagerie  vers  une  civilisation  excessive,  dont  le  raffinement  semble  traité  par  une  rhétorique  du  dégoût  malgré  le  parti  pris  ludique  de  la  narration.  Une  telle  charge  critique,  bien  que  marginale  et  de  caractère  éminemment  latent  dans  l’œuvre  prise  dans  son  ensemble,  serait  ainsi  le  reflet  des  préoccupations  de  l’auteur  concernant  la  vie  curiale  de  son  époque  et  l’état  de  la  courtoisie  qui  apparaissent,  du  moins  à  ses  contemporains  moralistes,  comme  le  règne  de  la  (fausse)  semblance  et  la  courtisanerie. 2006 littérature  médiévale MFA  69